Archive pour août 2010

Ton amie chômeuse a vu Inception

Mardi 3 août 2010

inception

Inception, de Christopher Nolan
(Requête de Maelle, pardon d’être à la bourre, mais j’étais dans un endroit où il n’y avait pas de cinéma, la vérité)

Je cite ma cliente : « Inception cartonne au box office, et pourtant ca m’a l’air… d’être un truc qui va pas me plaire. Tout le monde a un avis différent sur la question, mais encore personne ne m’a dit “WAAAAH CA DECHIRE !” ». Et bien, j’annonce que c’est exactement ce que j’ai dit en sortant.

Ton amie chômeuse a un lourd passé d’insomniaque / somnambule, et encore aujourd’hui il n’est pas rare qu’on la retrouve en train de se laver les cheveux à 4H du mat’, profondément endormie. De La maison du sommeil (Jonathan Coe, chouette lecture pour l’été) à Fight Club en passant par ExistenZ, je suis très sensible aux histoires de rêves qui taquinent la folie. J’étais donc une cliente idéale.

Inception, c’est l’histoire d’une équipe de spécialistes de l’inconscient engagée pour faire germer une idée dans le cerveau de leur victime. Pour cela, ils utilisent le rêve, où tout est possible, où l’esprit invente à une vitesse fulgurante, et où les minutes deviennent des heures. Ton amie chômeuse trouve l’idée tellement géniale qu’on aurait pu lui servir n’importe quoi, elle aurait applaudi des deux mains.

D’après M. le maudit qui m’accompagnait ce soir-là, c’est ce qu’ils ont fait (servir n’importe quoi) : l’intrigue amoureuse entre Di Caprio et Cotillard est un peu faiblarde, rien n’est justifié, c’est une sorte d’Ocean’s 12 amélioré.

Il a même dit (je cite) : « J’en reviens pas que tu aies ri à la blague la plus pourrie du film »  -l’équipe met en place sa stratégie pour endormir la victime pendant un trajet en avion, ils conviennent qu’il faut acheter toutes les places de 1ère classe, ainsi que le personnel de bord. Le commanditaire de l’opération répond qu’il a acheté toute la compagnie aérienne, il s’est dit que ce serait plus simple. Bon, c’est vrai que c’est pas du Seinfeld, et c’est vrai que j’ai ri -.

De façon générale, j’étais comme ma petite sœur devant Shrek (le 2, pas le 3, faudrait pas non plus la prendre pour une teu-bé ma sœur) : à fond dedans, zéro recul.

Alors oui, effectivement, à bien y réfléchir, Christopher Nolan ne nous dit pas grand chose que l’on ne sache déjà sur les rêves, et il ne s’intéresse pas tant que ça au nœud traumatique de son personnage principal. Je répondrais simplement qu’on en a rien à foutre.

Il aborde un scénario compliqué avec beaucoup de maestria, sans jamais perdre son spectateur (et ça fait zizir de ne pas se sentir complètement con quand on va au cinéma). Les images sont dingues, le son donne vraiment l’impression de rêver, et les quelques pistes abordées sur la distorsion du temps, la perte du sentiment de réalité et les capacités de création décuplées du rêveur suffisent amplement à me faire tirer mon chapeau. Ce n’est certes pas de la philo, mais pour du cinéma, c’est quand même une sacrée réussite.

Lien et infos utiles :
Allociné

En plus, Inception m’a permis de revoir Joseph Gordon-Levitt dont j’étais tombée amoureuse dans Mysterious Skin, un film de Gregg Araki magnifique.
Et aussi (toujours dans la catégorie midinette Shrek), Cillian Murphy est canon. Voilà. (M’en fous j’assume).