Pour poster une requête, c’est ici !

Toi qui travailles, tu n’as pas le temps de lire le roman de 600 pages que Chantal t’a offert, de regarder l’intégrale de Fritz Lang, de tenter un jeûne ou d’accompagner une classe d’enfants dans le Cantal.

Moi, si, et je te propose d’être l’éclaireur qui te donnera un aperçu de ces expériences.

Attention, attention, il y a des règles (pas de règles, pas de plaisir) : les requêtes doivent relever de l’un des trois chantiers existentiels que ton amie chômeuse a amorcé et lui permettre de devenir érudite, d’avancer sur le chemin de l’ascèse ou de vivre de nouvelles expériences à caractère non violent (et non sexuel a priori mais on sait jamais, tente-la quand même).

Retour à la page d’accueil

Bookmark and Share

372 commentaires sur “Pour poster une requête, c’est ici !”

  1. Joanna dit :

    Bonjour chère Amie chomeuse,

    Ne trouvant ton mail je te propose donc une nouvelle expérience ici que je ne peux expérimenter moi-même (je triche un peu): répondre aux questions “qu’est-ce que le bonheur pour toi? Peut-on être au chomage et être heureuse?” pour le blog http://www.moodstep.com. Je suis moi-même au chomage et certains me disent que ç’est facile d’être heureux quand on ne travaille pas. Je pense que c’est un état d’esprit et tu sembles l’avoir. Si tu as un moment pour une interview video, j’aimerais beaucoup recueillir ton témoignage.
    Dans tous les cas: bravo ton blog est une bulle d’air.

    Joanna

  2. @Ben dit :

    un goût profond pour la liberté, de l’audace, de l’intelligence et une sens indéniable de renversement positif d’une situation. Que dire, mon amie chômeuse…une Française à l’Honneur.

  3. mistinguette dit :

    je m’occupe d’une association où Monsieur Nil, un homme qui nous fait partager son savoir : le yoga égyptien, le tai chichuan, la Brocante,…et cette association est à côté du musée du nil, Ce monsieur a créer le 20022002, Où il explique ce partage à l’aide de la pyramide, il nous permet de nous réunir dans le seul but de pouvoir trouver une “voie”…………….. le nil.com

  4. mamzeleminako dit :

    bonjour,

    je suis intérimaire, je n’ai à ce jour jamais décrocher le moindre contrat, que des missions, avec la “crise” mes périodes de chômage ce sont allongées considérablement….. Au début c’est cool, on ce ballade, on fait des projets, on cherche sans chercher mais on se dit ça va c’est cool j’ai le temps, puis viens le temps où on s’ennuis et puis l’argent peu manquer mais c’est pas grave célibataire sans enfant. On se remet à chercher, on commence a essuyer les refus, on se résigne et on cherche dans n’importe quoi et a n’importe quel prix. Toujours rien.
    Moralement c’est un coup quotidien qu’on prend, on fini par n’avoir plus gout à rien, c’est terrible les journée canap’….
    Et puis ce reportage, honnêtement ça faisait un moment que rien ne m’a fait me relever pour mieux regarder la télé si si :D déjà vous m’avez fais déculpabiliser du mépris des employeur. BOUM. Un gros poids sur la conscience en mois. Et puis voilà voyez vous j’ai deux grandes passions dans la vie c’est la photographie et l’art culinaire. Grâce a vous j’ai repris mon petit loisir “mon glandouillage à moi” :) et ça me fais un bien fou alors pour tous ça un grand merci vraiment.

  5. martine dit :

    je viens de voir la redif de l’émission. Très intéressant pour une fois cette facette sur le chômage. Je me sens surtout proche de Céline.
    J’ai toujours été chef de famille sans jamais avoir eu de CDI. Je travaille en fonction de mon désir d’argent ou pas, ou d’essayer autre chose. Je bouge tout le temps (dans le médical c’est très facile).Bientôt 54 ans, je n’envisage pas d’arrêter de travailler, de cumuler les emlois et de faire ce que j’ai envie.
    Et pour ceux qui culpabilisent, pensez qu’il n’y a pas si longtemps les femmes ne travaillaient pas ! en plus la plupart de celles-ci vivent depuis 20 ou 30 ans ou + avec les pensions de reversion de leurs maris. Changement de société. Maintenant on nous demande la lune ! moi, en attendant j’ai repris le tricot.

  6. apo dit :

    Ma très chère amie,
    pourquoi te défends-tu des injures du vulgaire en évoquant ton travail et tes cotisations, présents et passés ? Ta démarche s’inscrit dans la noblesse de la pensée la plus éclairée et dans la générosité de l’action (de déculpabilisation) proprement philanthropique. Elle n’a donc aucun besoin de feindre une soumission ni même l’adhésion aux valeurs mensongères de la société du travail honnie et abjecte. Laisse donc le vulgaire paître dans son… illisibilité orthographique et mentale.

    PS: N’y a-t-il donc que moi qui trouve le reportage en question - et surtout sa conclusion qui, fatalement, est celle qui reste la plus marquante dans les esprits - déplorablement idéologique par excès de consensus politiquement correct ; surtout après avoir su que les deux célèbres journalistes commanditaires, malgré cette conclusion, ont hésité plus d’un an à l’envoyer dans l’éther, c’est-à-dire qu’elles ont attendu que la fameuse crise ne fasse presque plus l’actualité et que même le mouvement social se soit pratiquement éteint… ?

    Et oui, chère amie, c’est dans ces moments-là qu’il faut oser, et laisser se mesurer la grandeur et la vérité de ses principes et de son action. (Et si tu travailles, tant pis… ou tant mieux, enfin comme tu veux, là n’est pas la question…)

    Vale, vale atque ave !
    apo

  7. admin dit :

    @apo : merci pour ce commentaire, une fois de plus, c’est toi qui fais preuve de l’analyse la plus fine. Le journaliste qui a signé le reportage m’a raconté qu’en effet, Envoyé Spécial a eu très peur de diffuser le sujet, et qu’il a du édulcorer bien des passages. La preuve qu’on est face à un tabou encore intact, et tu as raison, je ne devrais pas essayer de me justifier. C’est ce mot insupportable, “profiteur”, qui me hérisse le poil et me fait perdre tout ce que j’ai accumulé entre les bras d’Amma !

  8. admin dit :

    @mamzeleminako : ça me fait chaud au cœur de lire ça, tant mieux tant mieux si j’ai pu contribuer à ce mouvement de déculpabilisation ! Espérons qu’il durera !

  9. admin dit :

    @Ben : tu m’inscris pour la Légion ? :)

  10. admin dit :

    @Joanna : quand tu veux, contacte-moi par mail : postmaster@monamiechomeuse.com
    A vite !

  11. Gavroche dit :

    Il est agréable d’apprendre l’existence de ce site suite au reportage d’Envoyé spécial. Il existe en Allemagne un collectif informel de chômeurs heureux, “die glücklinchen Arbeitsloser”, mais l’équivalent n’existe pas chez nous et c’est dommage.
    Effectivement, le constat qu’il n’y a pas de travail pour tout le monde et que c’est suffisamment difficile comme ça pour éviter d’en rajouter avec la culpabilité est important.
    Je viens de refuser de reprendre un poste que j’ai déjà occupé car je voulais être embauché à temps partiel et rester chômeur vu que l’intérêt du poste est faible et l’ambiance de travail délétère. J’ai beaucoup appris à travers ces conditions difficiles, mais pas la peine d’y retourner, la leçon est passée. J’ai fait le chemin de Compostelle en partant de mon domicile dans la région lyonnaise l’été dernier, et cela m’a permis de changer mon regard sur ma situation et notamment de casser le mécanisme de culpabilité. Mon quotidien serait magnifique si je n’étais pas tout seul néanmoins, mais il reste en moi un fonds de sérénité inaliénable, fruit de cette grande marche de 2000km jusqu’au Finistere de Galice.
    Le chemin de Compostelle, voilà un truc à essayer pour ceux qui travaillent. Autrefois, les riches pénitents payaient quelqu’un d’autre pour y aller à leur place.

  12. admin dit :

    @Raphael-Karim : je viens de lire le portrait que Libé t’a consacré : quel parcours ! Merci beaucoup d’être venu partager ce texte sur mon site, à bientôt !

  13. KatieBruxelles dit :

    Bonjour miss Mon Amie Chômeuse,

    Plein de peps ce reportage sur ta manière de vivre! :-))

    Moi aussi je suis au chômage, mais sous les lois belges, lesquelles sont un peu moins dures qu’en France.
    50 ans depuis peu, exactement l’âge où on envoie non pas à la casse mais à la prépension…
    Pour bien marquer le coup on passe des cartes de contrôle bleues au rouges LOL
    Alors pouvoir retrouver du boulot, faut pas trop rêver!

    Personnellement je me débrouille pas trop mal non plus:
    j’ai pris l’habitude de “payer en temps plutôt qu’en argent”
    (faire le marché le mardi midi à prix rikiki pour les amies, fréquenter les SEL -Services d’Echange Locaux- et les boutiques de seconde main, avoir le temps de parler avec mes voisins sinon d’aller ramasser des fruits à la campagne,…)

    Mon dada: la voile.
    Intarissable source d’occupation: si tu savais le nombre de propriétaires de bateau qui ont besoin ne serait-ce que d’une petite main pour une manœuvre ou l’autre (passer une amarre dans une écluse: journée plein air assurée) sinon d’un(e) équipier(e) disponible avant ou juste après la saison!!
    Leur principale demande: un esprit positif (respect: chacun apporte ses compétences propres: cuisiner est ok), et surtout plein de temps libre (c’est lent la voile, et c’est impayable de passer par des pros!!)
    Si en plus tu es souriante…

    Et puis pas trop de flouze c’est excellent pour la santé:
    pas les moyens de sortir en boîte (alcool, came, clopes,…)
    ni de traîner dans les cafés.
    Tout ça de calories en moins à perdre ;-))

    Allez, si tu passes par Bruxelles, ou si tu as envie de naviguer “une fois” (not just now: it’s freezing!), fais-moi signe!

    Bises

  14. phil dit :

    Bonjour, je suis ton ami chômeur, qui a 30ans, et qui a pris sa retraite il y a déjà 5 ans. Chômeur est un mot qui n’a aucun sens, il est péjoratif, et n’existe que par les personnes esclaves du système. Je dirai plutôt qu’il rime avec bonheur. Vous retrouvez votre liberté et surtout la plus grande des richesses, le temps. Vous pouvez alors travaillez sur vous mêmes, aider les autres. Ici se trouve la véritable croissance de notre monde en perdition, une croissance humaine et non financière. Le système capitaliste et ses inégalités croissantes qui mènent au chaos montrent actuellement ses limites et annoncent une inévitable chute. Ce système n’existe que par le consentement des travailleurs, et c’est d’eux qu’il tire sa richesse et son pouvoir. On me pose souvent la même question : si tout le monde faisait comme toi? Eh bien si tout le monde faisait comme moi alors les gens seraient moins cons….Le système s’écroulerait et l’on pourrait enfin parler de changement de mode de vie. Celui que les politiciens nous vendent depuis des dizaines d’années. Un véritable changement ne pourra jamais venir d’une réforme mais d’un changement individuel. Nous devons nous responsabiliser et retrouver une manière de vivre en accord avec nous mêmes et notre environnement. Alors soyez fier de quitter votre travail et votre bourreau parce qu’une nouvelle vie commence pour vous.

  15. Najoua Soudi dit :

    Chère amie chômeuse,

    je viens de découvrir le reportage hier, je suis profondément touchée:)
    et te remercie pour ce que tu es !!
    [..j'avait connu des mois de grande souffrance/culpabilité avant mon premier job il y a 2 ans extrait de mon journal à l'époque "Une vie en suspend:Le temps court; me fait tourner la tête; me donne le vertige; quelques fois me brutalise; m’harcèle et me rouille..Dans ce manège; je me retrouve perdue ; piégée et désarmée.
    J’essaye de mettre les mains sur mes oreilles; empêcher le bruit et la poussière d’y entrer; je cours dans tous les sens; je m’éloigne de mon REPERE ; je vais ; je viens ; je cris ; je pleure ; je ris ; je me tais. Je tais mes envies ; mes rêves et énergies.
    Et puis un jour je me réveille ; je ressens la douceur d’une petite lumière; je suis bouleversée ; j’entends des murmures ; je respire. Ma tête si lourde se tourne brusquement. Je revois l’image : global picture. Je fixe mon REPERE ; je me sens soudainement toute petite.. Je me sens forte ; puissante et apaisée.
    Le chômage me met dans un état d’alerte permanente; une lumière rouge ; une insomnie chronique ; une attente de femme de marin..J’attends toujours ; je continue d’attendre seulement cette fois je continue de vivre aussi"]

    Chômeuse comme tu l’exprime si bien, je viens de démissionner en octobre !
    merci encore pour ton blog :)

  16. sophie dit :

    Salut amie chômeuse.

    Je viens de voir le reportage sur France2, en rediff sur le net car j habite à l’étranger, et cela m a bien rassurée.
    Depuis 2 ans, j ai fait le choix de ne plus travailler pour suivre mon mari dans son travail. Bien qu au départ je me sentais coupable de ne pas travailler,et qu une bonne paire de féministe me culpabilise, aujourd hui, j assume pleinement ce statut.
    Je ne peux pas parler de “chômeuse” car je ne touche aucune allocation, mais plutôt de “profiteuse” de la vie. Je m occupe pleinement de mes enfants (3), et je profite de tous les instants que m offre la vie. Je sais que cette période est temporaire, et ne sachant pas de quoi demain sera fait, alors OUI, pourquoi s’emmerder en complexant sur le fait de ne pas bosser…a-t-on vraiment besoin de bosser comme des dingues pour être heureux???
    merci pour ton reportage et pour ton site!

  17. lahaye dit :

    Je ne travaille pas depuis un an et demi et je ne sais plus quoi faire, j’aimerais faire un temps partiel et pouvoir m’occuper de mes enfants. Mais dans quelle activité qui m’épanouierait

  18. admin dit :

    @Sophie, Najoua, Phil, Katie et Lahaye : merci beaucoup pour vos messages. Putain on dirait qu’il y a une sacrée pelletée de gens sympas dans ce monde au final !

  19. Olivette dit :

    Bonjour mon amie chômeuse,
    j’ai vu le reportage, et cela m’a rassuré, cela m’a donné envie d’autre chose, m’a donné des idées sur comment je voyais ma vie plus tard. J’ai toujours travaillé, durant mes études, ensuite des stages, et je viens tout juste de signer un CDI. Tout se déroule comme je le voulais, je fais un boulot que j’adore dans lequel je peux progresser mais …. voilà ce qui me trottait dans la tête depuis quelques mois, je l’ai vu dans ce reportage. Pouvoir un jour s’arrêter, prendre le temps de faire ce que l’on aime (aller tous les jours au cinéma :)), le temps de vivre, de penser, de regarder autour de soi, de quitter la ville, d’arrêter de stresser, sans avoir cette culpabilité que nous dicte la société : oh vite! il faut travailler!
    Un jour, je prendrais le temps ….

  20. Fabian dit :

    Bonjour,

    Je viens de Belgique. Ici le chomage c’est la galère aussi! J’ai récemment réalisé un clip animé sur la société, le travail, les intérims, et Moi! Allez découvrir ce merveilleux clip et bonne chance à tous! il y a plusieurs liens, dont mon site principal. Je vous donne celui de Youtube : http://www.youtube.com/watch?v=iNUNxxTlT9E

  21. angile devinyle dit :

    je suis camerounais,24 ans, etudiant en droit à l’Univresité de Douala/Cameroun. Voilà, j’ai regardé l’émissiuon “envoyé spécial” et j’ai été touché par le thè des amis chômeurs des USA. déjà il faut savoir que chez nous ici c’est pas facile de trouver un boulo descent. Bref, j”ai réflechi une manière de créer des emplois par mes amis americains en afrique, tout en s”amusant à découvrir les beautés de la nature.ainsi je voudrais bien que tu me fasse savoir ce tu en pense, pour voir ensemble ce qu’il faut faire. A bientôt mon amie.

  22. JulienLootens dit :

    Lire un livre qui n’a pas encore été publié. Je te propose le mien ;) “Métro parisien, petits plaisirs du soir et du matin”. Il devrait répondre un peu aux trois domaines que tu souhaites explorer.

    1-new expérience puisque tu n’avais jamais lu un livre AVANT publication, et ca c’est ton nouveau statut de star blogueuse ;)
    2-devenir une acsete, oui parce que le livre parle de s’ouvrir aux autres et a ce qui nous entoure, meme dans une expérience aussi quotidienne que le métro parisien…
    3-te cultiver, mais surtout t’ouvrir l’esprit avec des chiffres officiels de la RATP utilisés dans le livre, des observations a foison et mon grain de sel personnel :)

    Qu’en penses-tu ? -> http://www.julienlootens.com

  23. lonprez dit :

    bonjour,

    je suis actuellement à la recherche d’un “vrai emplois” car pour l’instant j’ai juste un job alimentaire histoire de pas mourir de faim hein !
    Bref j’aime l’art et le graphisme ( vu que je suis censé être graphiste) et j’aurais bien aimé allé voir l’exposition de Basquiat qui se trouve actuellement au musée d’art moderne de paris !
    Donc si tu pouvais y aller et me dire tes impressions !
    merci et bonne journée !

  24. andreas dit :

    Bonjour amie chômeuse,

    Je suis étudiant en sociologie et j’ai choisi pour thème de mémoire de fin de cycle les « chômeurs heureux », soit le phénomène de funempoyment. Tu aurais du voir la tête de mon professeur de sociologie du travail lorsque je lui ai proposé ce thème de recherche. En effet, le chômage est conventionnellement abordé à travers le malaise vécu par ceux qui vivent cette situation. Selon lui, il n’était d’une part pas légitime d’aborder ce sujet de ce point de vue, puis d’autre part il me mettait au défi de trouver ma population. Je dois dire que jusqu’à présent il m’a été assez difficile de trouver des profils correspondant à ma recherche, le sujet étant encore tabou : comment avouer que l’on peut apprécier sa situation de chômeur ? J’ai tout de même persisté. C’est alors qu’une amie m’a parlé du reportage t’étant notamment consacré sur France 2. J’avais trouvé ma population.

    Ma requête, chère amie chômeuse serait que tu puisses faire passer ce message à des internautes tel que martine ou phil (qui ont posté des commentaires récemment), afin de me mettre en relation. Ainsi qu’avec tous ceux qui voudront me donner de leur temps afin de faire avancer ma recherche et de cette façon désacraliser le statut de chômeur.
    Je vous proposerai d’une part de remplir un petit questionnaire afin de me rendre compte à quels types de profils vous correspondez. Puis, dans un second temps, il va s’agir d’entretiens plus long, qu’il sera possible de faire par téléphone, ou, si cela est possible, en se donnant rendez vous.

    Pour me joindre, envoyez-moi un mail, je vous enverrai le questionnaire :
    andreascolleu@hotmail.fr

    Chère amie chômeuse, j’espère que toi aussi tu pourras me consacrer un peu de temps. J’espère que tu pourras faire passer ce message au plus grand nombre.
    Quoiqu’il arrive je te félicite pour ton site, et pour ce que tu dégages. Je te souhaite de vivre heureuse, épanouie et sans boulot !

  25. ange dit :

    Salut, moi j’habite Strasbourg et je me sens très isolée…Mis à part OVS, je ne connais pas de structure pour rencontrer des gens dans le même cas. J’ai bien passé une annonce dans rencontres pour amitiés et loisirs mais ça ne se bouscule pas. Alors ma question est : connaissez-vous des lieux pour rompre l’isolement ?
    Merci

  26. Thierry dit :

    Moi c’est thierry, je suis à l’aube de mes 50 ans. J’ai eu la chance de ne pas rester trop longtemps au chômage (1 mois et demi) en 1984. Donc je travaille depuis bientôt 27 ans. Vous qui êtes au chômage, continuez à vivre, garder la tête haute vous n’êtes pas responsable de cette situation. Moi je voulais être automaticien parce que je pensais qu’il y aurait dans la société de demain une minorité de gens au travail (qui gagneraient un peu + que les autres). Et les autres au repos et pas au rebus. Comme l’expliquait la dame dans l’émission télé. Il parait que celà est une théorie de société. Ouaip pas trop proche de ce que nous vivons Tout ça. Bon c’était Thierry qui vous aime.

  27. Cocotte dit :

    Ma requête: essayer de discuter avec des gens dans le métro en semaine, quand ils vont ou rentrent du taf, et de les faire sourire. Juste pour leur donner un petit instant un peu plus fun dans leur journée de galère !

  28. Sarah dit :

    Chère amie Chômeuse,
    Comme tous, j’ai été victime de votre buzz “Envoyé Spécial”, de vos projets teintés de joie et d’un brin d’impertinence que je retrouve avec plaisir ici, dans la lecture de vos billets.
    J’ai une nouvelle expérience à vous proposer (je doute que ce défi rentre dans les catégories érudition ou ascétisme)…
    Je suis chargée de la rubrique Web du magazine Entrevue et aimerais parler de votre initiative. Ainsi, chère amie chômeuse, accepteriez-vous de poser dans Entrevue?
    Une belle journée à vous, à bientôt j’espère!

  29. C’est le blog au féminin qui me conduit jusqu’à votre blog. Votre démarche est assez intéressante bien que pour moi le chômage = aussi difficultés financières. Et que le fait de créer une entreprise aussi petite soit-elle demande un investisment financier, puisque le temps devient notre luxe.
    Aujourd’hui j’ai le bonheur d’avoir crée un B&B “la Picoterie” près de Maastricht à Haccourt http://lapicoterie.canalblog.com et qui commence à trouver sa vitesse de croisière et en plus je fabrique des Pinatas, ou le demarrage est un peu lent.. mais je persiste courageusement puisque je suis presque seule sur le marché hormis les fabrications chinoises qui envahissent le net et les boutiques.
    Les blogs montrent que des artisans commencent à trouver enfin leur public… Je sens que derrière toutes ces réalisations des femmes en reconversion professionnelle agissent à leur niveau.
    Si vos pas vous conduisent dans le région, vous serez la bienvenue…
    Ma requête : donnez votre avis sur mes blogs

  30. Mich dit :

    Salutations,

    Là, voilà, chômeur semi-professionnel (études-chômage-études/chômage-travail intérimaire-chômage-chômage/formation-chômage) et donc occupé par de multiples activités à but non commercial (et non rémunératrices, exceptées l’une ou l’autre occupation “au noir” qui sont, à en croire les “on dit”, monnaie courante dans mon pays (la Belgique)), ma requête serait la suivante (et sans doute a-t-elle déjà été mainte fois exprimée) : ouais, non, en fait ça n’a pas de sens de te poser une requête parce qu’en tant que chômeur je n’ai pas vraiment le temps de penser à ce que je pourrais faire du temps que je gagnerais en ne travaillant pas…
    Mais, quamême, pour les chômeurs “actifs”, tu pourrais peut-être (dé)montrer ce que fait un “vrai” chômeur (un dur…).
    Voilà! Et j’espère que cette activité “interneteuse” ne t’empêche pas de chômer bien comme il faut…

  31. sandrine dit :

    bonjour,
    apres avoir vus une emission a la tv je me decide enfin a faire une tite visite sur ton site, et tu sais quoi???? je le trouve exellentissime :-)
    je suis moi meme une grande amie chomeuse depuis 17 ans, avec juste une interruption de 3 ans pour un contrat obligatoire, et 18 mois de maladie pour mes grossesses. certains me dise fénéante, pourtant je n arrete jamais! entre mes enfants mon menage et les choses quotidiennes de la vie, ca peu paraitre rigolo mais non je ne chome pas!
    c est un choix que j ai fais, depuis ma plus tendre enfance, je ne veux pas sortir de chez moi quand il fait noir, et y rentré a nouveau quand il fait noir! la vie a d autres choses a offrir, je ne conçois pas faire des enfants et les confié a quelqu un qui va les eduqué a ma place! je reconnais avoir eu facile d en profité jusqu a present, cela s arreteras sans doute un jour, mais au moin moi, j aurais profitez!

  32. De nouvelles expériences ! Viiite on est en manque :)

  33. Fleur de rosée dit :

    Bonjour Mon amie chômeuse,

    J’hésite à poster ma requête craignant qu’elle ne soit noyée dans cet océan de compliments et de reconnaissance. Mais votre double virtuel me plaît tellement que je me lance…

    Alors, au rayon nouvelles expériences, que diriez-vous d’une intw avec photo dans Femme Actuelle, le “plus gros tirage de la presse française” ??? Pour un sujet -désolée pour le manque d’originalité- sur le funemployment.

    Le reportage m’a bcp plu et comme à la rédaction, on a appris plein de choses, on voudrait faire partager tt ça aux lectrices.

    Alors, à très vite ???

  34. caro dit :

    moi, j’ai un jour emporté la bataille du râlage en magasin (vous savez, quand vous revenez avec un truc bidule qui fonctionne pas, et que vous découvrez que vous n’êtes plus “client-e roi-reine, vu que vous avez déjà payé), en disant sirupeusement (dans ces cas là, le sourire est plus efficace) au monsieur qui me traitait de haut: “bon, tant pis, à chaque fois que je serai énervée, je viendrai vous dire bonjour: j’ai tout le temps, je suis au chômage” (je criais déjà depuis un moment au “service” après-vente, et les client-e-s encore rois et reines commençaient à se poser des questions sur leur futur achat.
    J’ai été remboursée (même pas un bon d’achat, remboursée! je crois qu’il aurait mis de sa poche si nécessaire!)
    bref, depuis je pense à tous ces pauvres gens qui bossent et qui n’ont pas le temps pour ce genre de duels mercantiles. Y doivent en accumuler, des trucs bidules qui marchent pas…

  35. Bernie dit :

    Juste un petit message de Bruxelles.
    Ici une fois qu’on à les allocations c’est pour la vie la 2ième année ça baisse un peu mais c’est tout ( tous les 2 ans contrôle par l’équivalent des ASSEDIC pour savoir si l’on à bien envoyé quelques Cv et en général on est tranquille… pourvu que ça dure!
    Malgré une sécurité pour le chômeur par rapport à la France (tout le monde est syndiqué, quasiment) il s’est créé un chouette association:
    http://www.stopchasseauxchomeurs.be.

    Bon pour finir sur une note artistique, un très bon film des années 50:
    “Le chômeur de Clochemerle” avec Fernandel unique chômeur du village: une merveille!

  36. Caroline dit :

    Ton projet m’a donné envie de lancer mon propre blog. Merci!

  37. christian dit :

    Je vous rejoins ce jour; j’ai lu la page “commentaires. Beaucoup de choses intéressantes qui confirment que les chômeurs sont solides et réagir fait partie d’un processus passionnant autorisant des expériences impossibles autrement. Ainsi j’ai évité de me faire enfermer par une astuce: autour de moi peu de gens savent ce que je fais, je ne réponds pas aux questions, je fais des trucs, sport ou bricolage et surtout j’ai appris à rester seul. Obligatoire. Si l’on dissocie le besoin de l’autre du besoin d’être soi, en favorisant échanges impromptus et rencontres, avec des arguments réfléchis, on peut faire du chômage un atout: la peur des gens est de perdre leur emploi, NOUS PAS. C’est déjà ça, comme chante Souchon. Il faut recycler. Je bosse beaucoup sur mes besoins réels, mes désirs et la nécessité.
    Il y a aussi des gens positifs partout, peu concernés par le discours social crétin qui domine tout. Il faut les découvrir.
    Dans mon cas ce que je gère le plus difficilement, c’est quand même la crise financière mondiale qui répercute un négativisme permanent qu’il faut évacuer, et le racisme social et relationnel. Dialogue social mon cul. Il faut obliger les gens à communiquer sur l’essentiel, le sens des choses! Et là ça fait mouche. Parfois on se retrouve dans une dynamique de recherche malgré soi. Je ne pense pas que la planète va craquer demain. Je l’avoue je m’en fous un peu. Il y a des gens payés chers pour régler ça. Amicalement.

  38. apo dit :

    Bonjour M chère A,
    Je te requiers, te somme, t’engage, te recommande, t’enjoins, te supplie, t’intime, te prescris, t’implore d’alimenter un peu plus souvent ce site de toutes nos délices, afin que son lectorat ne se distende pas. Vois par ex. le billet fertile de Christian ci-dessus. Comment l’idée de “dissocie[r] le besoin de l’autre du besoin d’être soi” ou, dans un tout autre registre, celle qu’ “il faut obliger les gens à communiquer sur l’essentiel” peuvent ne pas te faire réagir ?
    S’il te plaît, MAC, ré-alloue de ton temps à l’essentiel, toi aussi, prends cette bonne résolution pour l’année qui vient, vu que la période s’y prête…
    Avec tous mes voeux.
    Bien à toi, as usual.

  39. admin dit :

    @apo : je sais, je ne réagis pas, mais c’est parce que je suis au fond du seau. Je n’en ai plus l’envie pour l’instant… Gageons qu’elle reviendra avec la nouvelle année ?

  40. Cécile dit :

    Bonjour,

    Je suis journaliste pour un nouveau magazine féminin (qui sera lancé en avril) et j’aimerais vous joindre pour une petite interview. Pourriez-vous me laissez vos coordonnées sur ma boîte mail pour que je vous contacte au plus vite ?
    Bien cordialement,

    Cécile Bourgneuf

  41. christian dit :

    apo,admin.
    fond du seau ou pas, l’élément clef est la recherche du bonheur, mort ou vif; ne pas se l’avouer consiste à un déni d’utilité. L’ascétisme est une recherche du bonheur.
    Et si nous chômeurs étions devenus à notre insu des porteurs de sens? Sommes-nous importants? OUI, car nous avons du temps. Et comme dit Obispo l’affreux à Lucie: le temps c’est de l’amour.
    Attention aux médias: leur capacité de distorsion est énorme. Revenir aux textes de bases, aux génies transmetteurs de connaisances: il y en a plein et tous se recoupent plus ou moins sur l’essentiel. Vivre c’est vivre, personne ne peut changer cela. La modernité dans son jeu de narcissisme, j’ai des doutes profonds! A plus.
    PS: génial ce site!
    * Un homme se trouve sur le parapet d’un pont, s’apprêtant à sauter dans le vide. Une femme très belle passe à ce moment. L’homme lui demande:
    - s’il vous plait, tendez-moi la main!
    La femme, peu soucieuse et étourdie, obtempère. La chute fut aussi brutale, mais bien plus enrichissante!

  42. christian dit :

    requête:
    j’ai envoyé un mail sur postmaster; pas de réponse. J’ai lu le texte d’intro sur la démarche de la créatrice. Qui est-elle? Pourquoi le site Mariane? Je n’ai besoin d’aucun repère précis, mais la recherche de sens est strictement une affaire personnelle. L’individu est face à lui-même quelque soit sa situation. Je suis prudent: normal, j’ai 54 ans et un parcours spécifique. Je ne veux pas de politique. Merci de m’expliquer l’origine de ce site, car je ne suis pas doué en matière Internet.

  43. christian dit :

    apo et admin: sorry pour mon commentaire dubitatif. je vais me familiariser avec vos échanges sympas et réfléchir.
    anyway, je sais que ce genre de communication est une porte ouverte sur nos vies. le système internet permet une perméabilité totale. que faut-il en penser? je suis un néophyte et je dois maîtriser mon impulsivité. en tous cas merci à apo et son”billet fertile”, à vous toutes et tous qui livrez aussi des morceaux assez savoureux d’une authenticité “vertueuse” sur différends sujets. faut-il penser qu’inconsciemment vous savez déjà “demain”?
    je sors d’une longue période de réflexion sur beaucoup de choses (2003/2010). en fait l’aspect insertion est en quelque sorte, mon souci premier. j’ai clairement préféré le renforcement de mes valeurs philosophiques tous azimuts, sans chercher des expériences hors champ. je suis donc pluridisciplinaire ayant réussi, malgré ma situation (ou grâce à?) à ne pas me trouver enfermé. je me dirige vers quoi?
    bon Noël!

  44. minileo dit :

    bonjour,

    je souhaiterais l’avis de mon amie chômeuse sur l’expo des robes lacroix et des bijoux bulgari
    merci

  45. Alexandra dit :

    Bonne année, mon amie !
    Je te la souhaite emplie de belles expériences.
    :-)

  46. Rémi dit :

    Et la descente de l’Ardèche en canoë t’as déjà tenté ????
    Si ta mémoire te fais défaut les mots clefs sont : bronzage de merde, mal aux bras, hollandais culs nus….et franches rigolades.
    Allez félicitation pour ton blog (que je découvre discrètement au taf…gnark gnark) et pour ton taf chez Marianne.
    Et bonne année !

  47. sonia dit :

    Bonjour,
    De voir le reportage m’a fait déculpabiliser de ma situation ! merci !
    Je ne suis plus chômeuse depuis 1 an, mais je n’ai pas repris de boulot pour pouvoir m’occuper de ma fille !!!
    Le plus dur c’est le regard des autres ! les “tu t’ennuies pas?”. Non, je ne m’ennuie pas. Et je n’ai pas envie de reprendre le boulot. Courir toute la journée, et passer ces week end au supermarché, je n’ai pas envie de retomber là dedans.
    Mais j’ai beaucoup culpabiliser , et souffert du regard de mes proches. “T’as pensé à ta retraite”, et “tu devrais bosser pour t’épanouir et avoir une vie sociale”. Mais ce n’est pas facile de concilier boulot, et enfant, et de “s’épanouir”.
    Je suis tombée par hasard sur le reportage, et ça m’a fait prendre conscience que tant qu’on était pas dasn la galère pourquoi s’en faire ? Et si pour moi, m’épanouir, c’était rester à la maison et me consacrer à ma passion; l’écriture ( même si je ne suis jamais publiée) !!!
    Bref, merci de m’avoir enlevé ces sentiments de culpabilité !

  48. leboy28 dit :

    J’ai 40 ans, et depuis deja plus de 5 ans ”Je suis concentre sur mes hobbies” :). je voyage 6 mois de l’annee et je vis en saisone d’ete, au soleil toute l’annee. (en Afrique, en Asie, en Europe ou en Amerique) . Pendant les voyages, je rencontre de plus en plus de chomeur ( volontair) comme moi…
    Je refuse toutes propositions de job, sans ecouter les details. J’ai des revenues reguliers, qui me suffisent a vivre comme j’ai envie… gagner plus d’argent que je pourrais depenser ne m’interesse plus.
    J’ai du mal a comprendre des gens riches, qui travaillent jour et nuit pour s’enrichir davantage ! et surtout, j’emmerde les gens qui ne veulent pas me comprendre ou / et qui me critiquent !
    Le matin, je me leve a l’heure que je veux, sans qu’une alarme me reveille = Je suis libre et heureux :)

  49. Chico dit :

    J’écris du sénégal et n’ai connu ton existence que récemment, suite à l’émission “Envoyé Spécial”. J’ai tellement été impressionné par ton courage que j’ai pensé t’écrire ces quelques mots. Au delà de mon “soutien” j’aimerais recevoir ton avis sur le concept du chômage en milieu tiers-mondiste. Je suis chômeur depuis plus d’un an en afrique de l’ouest et c’est encore un gros “bordel” dans ma tête. Alors, si tu as un peu de temps… dis moi ce que tu en penses.
    Au plaisir… et bon chemin avec ce blog

  50. Audrey dit :

    étant donné que tu n’es pour le moment une vraie chomeuse et donc que tu n’as plus vraiment de temps à toi, je te propose de toi soumettre des requêtes, et de les faire tester, d’en demander un ptit résumé dans un billet drôle et humoristique comme tu sais les faire, et de les publier…Ce qui continuera à alimenter ce site frais et chouette à lire…
    Qu’en penses tu MAC? Si tu es grave partante pour cette idée, je me propose de réaliser une tes requêtes…comme une sorte de mise à l’essai ;-)

Laisser une réponse