Ton amie chômeuse a vu Controverses, à la BNF

“] Oliviero Toscani, Kissing-nun [© Copyright 1991 Benetton Group S.p.A.]

Oliviero Toscani, Kissing-nun © 1991 Benetton Group S.p.A.


Controverses, à la Bibliothèque Nationale de France

(Requête de Fanny, flippée à l’idée de voir des images trop violentes)

Vendredi, 15H : comment se fait-il qu’il y ait autant de monde à cette expo ? Faut-il que je rebaptise ce site 30 millions d’amis chômeurs ? Ou est-ce le scandale qui attire les foules ? Je ne suis plus habituée à devoir jouer des coudes pour me faufiler devant les photos. Heureusement, j’ai bénéficié d’un véritable ange gardien tout au long de ma visite : je me suis aperçue que je visitais l’exposition exactement au même rythme qu’une jeune femme qui faisait environ deux têtes de plus que moi. Nous nous sommes rapidement mises d’accord : moi devant, elle derrière, comme pour les photos de classe. À nous deux, nous nous imposions plus facilement devant les tirages (surtout elle et son mètre 80, c’est vrai).

Beaucoup de monde, donc, disais-je. Mais ce n’est pas si grave, dans la mesure où on connaît déjà la plupart de ces photos, justement parce qu’elles ont provoquées des controverses (et oui, tout est lié finalement). Par ailleurs, au bout de 10 secondes devant une photo de charnier, de petite fille entrain de mourir dans une coulée de boue ou de membres désolidarisés du reste du corps, on commence à se sentir moyen-bof. En revanche on s’attarderait volontiers sur les textes qui accompagnent les photos et expliquent le contexte des polémiques soulevées à l’époque. On peut regretter le côté fourre-tout qui fait se côtoyer des photos où la morale de l’artiste est en cause (controverse : Carter aurait-il dû sauver la petite soudanaise mourant de faim et déjà guetté par un vautour au lieu de la prendre en photo ?) et des photos qui n’ont rien d’artistique, comme celle d’Aldo Moro prise par les Brigades rouges (controverse : les journaux doivent-ils faire le jeu des terroristes en acceptant de la publier ?), ou encore des photos d’adolescents ou d’enfants dénudés (controverse : est-ce une atteinte à la pudeur, de la pédophilie déguisée en art ?).

Finalement la cohérence est dans la chronologie, puisqu’on part de la naissance de la photographie et qu’on finit à Abou Ghraïb. Cette expo attaque la photo sous un angle différent et encourage à prendre de la distance avec les images qui cachent souvent une histoire plus complexe que ce qui est donné à voir. Pas inutile de le rappeler, à l’heure où des photos (des gens avec des masques, des cochons avec une petite mine) peuvent encore semer la terreur au quatre coins du monde.

Lien utile :

BNF
Jusqu’au 30 mai.

Bookmark and Share

Mots-clefs : ,

Un commentaire sur “Ton amie chômeuse a vu Controverses, à la BNF”

  1. Agathe dit :

    Tu aurais dû me dire, c’est en face du bureau
    On aurait fait un binôme chômeuse non chômeuse à l’heure du dej !
    hehe

Laisser une réponse