Archive pour le mot-clef ‘mémoire’

Ton amie chômeuse est allée à la Maison de la photo

Jeudi 22 juillet 2010

russie

Photographie de la nouvelle Russie, à la Maison Européenne de la Photo
(Initiative personnelle, ça faisait longtemps)

Parfois, ton amie chômeuse se demande pourquoi elle s’acharne à aller voir des expos, si c’est pour les oublier deux mois plus tard. Moi qui me suis tant moquée de ma mère (« J’ai lu un très bon livre la semaine dernière… Mince j’ai oublié le titre. Je ne me souviens plus de l’auteur non plus, c’est idiot. ») et avant elle, de ma grand-mère (« J’ai vu l’actrice blonde dans la rue hier… Mais si tu sais, la blonde là, l’Américaine… »), le verdict est tombé hier : je ne vaux pas mieux.

En entrant à la Maison de la Photo, je me suis posée une question toute simple : tiens, qu’avais-je vu la dernière fois que je suis venue ici ? Trou noir. Pire : parmi toutes celles que j’ai vu ici, quelles expos suis-je capable de citer là maintenant tout de suite ? Georges Rousse. Ça oui, ça m’avait marquée, et je m’étais proposée de penser à Jean-Jacques Rousseau pour essayer de me rappeler de son nom, moyen mnémotechnique totalement débile mais efficace, la preuve.

Mais encore ? Un truc de Gus Van Sant, avec des ados toxicos ? Raté, c’était Larry Clark. L’autodidacte russe qui fabriquait ses propres appareils photo, et qui prenait des clichés des jambes des filles à la sauvette ? Il s’appelait Miroslav Tichý, il était Tchèque, et c’était à Pompidou. Consternant. Il m’a fallu aller sur www.monamiechomeuse.com pour me souvenir que la dernière expo que j’ai vu à la MEP, c’était Cartier-Bresson, un petit photographe pas connu du tout. Bon.

Je pensais donc à tout ça en regardant les photographies d’artistes russes, de la Perestroïka à nos jours, ce qui a fait sans doute de moi une spectatrice encore moins attentive qu’à l’accoutumée. Et au fil des clichés, je me suis dit que je n’avais pas à rougir de ce que je retiens d’une exposition. Bien sûr, j’aurais beaucoup plus la classe en soirée si je pouvais citer des noms sans l’ombre d’une hésitation ou si je resituais le contexte historique en un clin d’œil. Mais au final, je crois que ce que je préfère, c’est me souvenir d’une ambiance, et laisser ma pensée vagabonder d’œuvres d’art en réflexions personnelles plus ou moins intelligentes.

Par exemple, de cette expo là, je sais que je retiendrai :

- les portraits de familles russes dans leur salon (enchaînement de pensées consécutif à ces images : 2003 ?! j’aurais pensé que les photos avaient été prises dans les années 70 > la vache ils ont quand même pris cher au niveau vestimentaire sous le communisme > suis-je une saloperie de snobinarde parisienne de penser ça ?)

- le grand cliché en noir et blanc d’une foule extatique qui lève les yeux vers un spectacle inconnu, une communion dans la joie que j’ai trouvé émouvante (enchaînement de pensées consécutif à cette image : la ferveur > les effets de foule > les mouvements de liesse populaire > le sentiment d’un lien invisible avec son voisin > les stades de foot > la coupe du monde > Raymond Domenech > penser à recommander à mon père de se teindre les cheveux pour éviter qu’on ne le confonde avec l’entraîneur maudit -c’est déjà arrivé-).

C’était bien, et je suis incapable de citer un nom.

Infos :
Site de la MEP

Ton amie chômeuse a vu Memory of love

Jeudi 10 septembre 2009

memory-of-loveMemory of love, Wang Chao
(Initiative personnelle, pur masochisme)

C’est l’histoire d’une femme qui perd la mémoire suite à un accident de voiture ayant eu lieu alors qu’elle était en compagnie de son amant. Elle finit par recouvrer progressivement ses esprits, mais semble définitivement avoir oublié les trois dernières années de sa vie. Le mari se dit que c’est une belle occasion de repartir sur de bonnes bases et d’éviter que l’amant oublié se rappelle à leur bon souvenir. Comme quoi parfois, un bon accident de voiture, ça te remet un couple d’aplomb.

Ton amie chômeuse a trouvé tout ça un peu pauvre, très apprêté, terriblement lent. Mais comme il paraît que je critique tout en ce moment, on peut penser que je suis dans une mauvais phase (c’est la rentrée après tout).

Lien :
Allociné