Archive pour août 2010

Ton amie chômeuse dans un café à Montmartre

Mardi 17 août 2010

sacre-coeur
(Remède anti-cafard de M.A.C.)

Aujourd’hui, ton amie chômeuse a décidé de se prendre par la peau du ciré jaune et d’aller s’échouer dans un café avec son ordinateur, comme ça, pour regarder des touristes et avoir l’impression de voyager.

Je me suis postée à un carrefour hautement stratégique, en plein 18ème arrondissement, entre la place des Abbesses et le Sacré-Cœur, un endroit où passe le pittoresque petit train de Montmartre. Dans ce café, l’accueil est aux normes parisiennes, c’est à dire sympa, mais rugueux. Pas de quoi décourager ton amie chômeuse qui a immédiatement branché son ordi sur le secteur et occupé les deux tables qui échoient à sa tâche de glandue.

Dans la rue passent des gens aux visages très rouges et aux sourcils très blonds, des petits garçons avec des casquettes, des jeunes filles qui sauront bientôt qu’on ne peut pas aller en paix à Paris en portant des jupes si courtes, des gens qui pointent les immeubles du doigt, des photographes expérimentés, des fans de bananes Sergio Tacchini.

Tous ont en commun d’avoir un guide PARIS-PARIGI-PARISCUS (langue inconnue, possible que j’aie mal lu) pendu à la main, et une mine réjouie. C’est ce qui me permet de repérer tout de suite la seule parisienne qui passe, chargée de gros sacs bleus de chez Ikea (elle revient de la laverie, se dit ton amie chômeuse, ce qui explique sa mine contrite, à moins que ça ne soit la pluie).

Ici, le coca coûte 3,5 euros et il est servi directement dans un verre (si tu veux la cannette entière il faudra payer plus cher), les penne au fromage sont d’immondes paquets de graisse collés les uns aux autres par des morceaux de chèvre auxquels on a laissé la croûte, le barman jure comme un charretier en essuyant les verres, et pendant que j’écris ces lignes, un labrador me regarde droit dans les yeux en déposant une grosse pêche sur le trottoir. Je me sens revigorée, et prête à aimer ma ville comme les amis touristes.

Info utile :
Le progrès
7 rue des trois frères
75018 Paris