Ton amie chômeuse a passé le week-end à Rome

rome_trevi_1

(Requête d’Etienne, sur les traces d’Etienne Daho)

L’intérêt d’avoir fait des études, ce n’est pas d’accéder à un super poste, non non, c’est de s’être fait des amis qui ont accédé à des supers postes. Et notamment d’avoir eu la présence d’esprit, à une époque où je ne savais pas encore que je voulais être chômeuse, de parier sur le meilleur cheval : E.

Mon ami E. travaille au Parlement Européen ; c’est un passionné, le genre de type qui regarde les étiquettes des aliments pour vérifier que les informations nutritionnelles sont bien aux normes. Comme il se plaignait de la récurrence de ses voyages d’affaires, mon ami E. a eu une illumination : « Tu ne veux pas venir avec moi à Rome ? Tu squatteras ma chambre d’hôtel ? ».

Ton amie chômeuse, tu la connais, est toujours prête à rendre service. En cherchant bien (je n’ai que ça à foutre) et en étant prête à partir à des horaires idiots (même raison), j’ai trouvé un billet d’avion au prix de deux cours de Pilates. Ni une ni deux, je me suis envolée à la rescousse de mon ami travailleur esseulé.

Je dois admettre qu’en sortant du métro, ton amie chômeuse a eu un choc. Les petites bicoques, ça n’intéresse pas tellement les romains. Ils sont plutôt du genre monumental, 768 marches pour accéder à la moindre église, 15 tonnes de pierre pour la plus petite colonne et l’équivalent de 7 piscines pour remplir la moindre fontaine.

Je n’imaginais pas du tout la fontaine de Trevi à cette échelle-là, et surtout, je me l’étais figurée sans les centaines de touristes qui se prennent en photo en train de vider leur porte-monnaie dans le bassin (ton amie chômeuse n’y a pas jeté un centime, on ne la prend pas à ce jeu-là).

Il faisait un temps magnifique, la terrasse de l’hôtel donnait directement sur les jardins de la Villa Borghese, le personnel m’a prise pour une call-girl de passage et n’a pas inquiété mon ami E. lorsqu’il a piqué une dizaine de volkornbrot à mon intention (on ne peut pas rêver meilleur petit-déjeuner que le volkornbrot, quelle merveille que le tourisme de masse qui fait qu’on en trouve même sur les tables italiennes !) : un week-end idéal de squatteuse.

À quand les résidences à la Villa Médicis pour les amis chômeurs ?

Bookmark and Share

Mots-clefs : , , , , , , , , , , ,

2 commentaires sur “Ton amie chômeuse a passé le week-end à Rome”

  1. apo dit :

    J’espère que MAC n’a pas manqué d’aller rendre visite à Moïse dans la basilique de Saint-Pierre-aux-Liens. Son ami apo vient de découvrir, en effet, qu’il partage un petit voeu avec un grand homme : le petit voeu, c’est de retourner voir la statue à chaque séjour dans la Ville Immortelle ; le grand homme, c’est Sigmund Freud (qui a même écrit quelque chose d’intéressant là-dessus)…

  2. mp.sanson dit :

    pas mal le w-e !!!!!!

Laisser une réponse