Archive pour le mot-clef ‘bureau’

Ton amie chômeuse a des anecdotes de boulot

Vendredi 17 juin 2011

poulain

Une fois n’est pas coutume. Dans ce billet, ton amie plus vraiment chômeuse ne va ni râler, ni regretter le temps béni où elle se levait à midi avec la sieste de 15H pour seule perspective (quoique… me voilà déjà nostalgique). Soyons positif : la vie de bureau, parfois, c’est fun.

Ca permet de diversifier les anecdotes à raconter le soir par exemple. Parce qu’arrive un moment où même les potes les plus patients en ont ras-le-bol des histoires de Lavomatic (« Et là, truc de ouf, y avait plus de gobelet, et la lessive en poudre tombait dans le vide tu vois, du coup je l’ai prise dans mes mains. Comme à Fort Boyard. Tu vois ? »). Pour faire contre mauvaise fortune bon cœur, je m’en vais raconter mes anecdotes de bureau.

Ce jour-là, ton amie chômeuse a surpris une conversation téléphonique entre sa collègue L. et son mec. Difficile de reconstituer le dialogue avec précision, mais en tout cas, il s’agissait de chatons venant de naître, et des moyens à mettre en place pour les nourrir. Ton amie chômeuse, sympa, s’est acquittée des félicitations de rigueur. Lorsque j’ai croisé la collègue en question le lendemain dans les toilettes, je lui ai demandé des nouvelles de ses nouveaux colocs. Normal.

C’est là que L. m’apprend qu’un cinquième chaton est né dans la nuit, 24H après les quatre autres. Qu’est-ce qui m’a pris, je ne sais pas, on venait d’apprendre qu’une de nos collègues était enceinte, ce n’est pas une excuse, toujours est-il que je me suis entendue faire cette blaguouse incroyablement naze : « Ah bon ? J’espère que ça n’arrive pas aussi chez les humains ? ». (…). (Ici je rappelle pour ma défense que c’était une conversation de chiottes).

Et là, catastrophe, L. comprend de travers, et me répond : « Oh non, je ne crois pas que ça arrive chez les juments… Pourquoi ? Tu vas avoir un poulain ? ». La réponse sensée à cette question aurait été : « Non, pas « jument » « z’humains »… C’était une blague pourrie, pardon ». Et bien crois-le ou non ami lecteur, ce qui est sorti, c’est : « … Oui. Oui oui, je vais avoir un poulain. Mais il va habiter à la campagne, évidemment ».

Et me voilà coincée ami lecteur. Obligée de m’inventer une vie de passionnée d’équitation, contrainte de mettre une photo de poulain en fond d’écran, échangeant des œillades complices avec ma consœur amie des bêtes. Tout ça parce que je n’ai pas eu le courage d’expliquer une vanne de merde. C’est très contraignant au quotidien, mais c’est une meilleure anecdote que celle du Lavomatic. Je vois le verre à moitié plein t’as vu. J’ai changé.