Archive pour le mot-clef ‘chômeurs’

Ton amie chômeuse a assisté à un débat sur le travail

Lundi 12 avril 2010

verite

(Initiative personnelle)

Il faut se rendre à l’évidence : ton amie chômeuse n’est pas vraiment un animal nocturne. Je n’aime plus écumer les bars, rester debout, consommer de l’alcool (problèmes de migraines et de trésorerie), hurler pour me faire entendre… Je vais en boîte de temps en temps, mais jamais plus de trois quarts d’heure. C’est le temps qu’il me faut pour cacher manteau et écharpe dans un coin, aller faire n’importe quoi sur la piste (c’est le concept de ‘danse aléatoire’, fais-moi penser à t’en parler ami lecteur), et filer à l’anglaise une fois que j’ai bien transpiré. Je fais ça deux fois par an. La question qui me taraude depuis plusieurs mois, c’est : comment occuper les 363 autres soirées autrement qu’en restant devant la cheminée avec un plaid sur les genoux ?

Ton amie chômeuse aime beaucoup les conversations animées entre amis (celles qu’on ne peut jamais rejoindre en cours de route : tout individu attrapant au vol quelques bribes de phrases repart aussi sec en disant « holaaaa…. » ; ces discussions-là sont les meilleures).

Or, on m’a parlé d’un groupe d’amis, apparemment adeptes de la conversation « holaaaa », qui a décidé d’en faire des débats ouverts au public. Banco, me suis-je dit, voilà enfin l’occasion de récupérer une vie sociale qui ne se restreint pas à mes six meilleurs potes.

Les débats se nomment « Conversations essentielles », et ce soir-là, il s’agissait de répondre à la question « Faut-il aimer son travail pour être heureux ? », un thème qui me tient particulièrement à cœur, tu t’en doutes.

Deux cents personnes étaient réunies dans un hangar tout à fait bobo, avec murs patinés et lampes rétro qui vont bien. Juchés sur leur petite scène, les cinq intervenants essayaient de ne pas prendre un air trop accablé malgré les questions un rien cruchounettes de l’animatrice (« cruchounette », absolument).

Pour faciliter la compréhension du public, les organisateurs ont choisi des personnages stéréotypés à souhait :

- Il y avait la dame sociologue qui a fait Normal Sup et l’Ena, que on sent qu’elle en a dans la caboche. Elle a cité une étude qui dit que les chômeurs placent le travail en n°1 (devant la santé et la famille) dans le palmarès des éléments indispensables au bonheur, pendant que ceux qui travaillent lui accordent moins d’importance. Ce qui signifie que chômeurs et travailleurs ont en commun d’être tous déçus et frustrés ; que la vie est bien faite.

- Il y avait la dame psychiatre qui en a ras-le-bonbon de voir des gens à deux doigts de se foutre en l’air dans son cabinet. On lui doit quelques belles saillies aux accents syndicalistes : « Ah bah oui, ah bah parlons-en du taylorisme ! » ou « n’ayons pas peur des mots, la rentabilité asphyxie l’humain », le tout ponctué de « il faut le dire », et de « au risque d’être provocante ».

- Il y avait la dame PDG d’un grand groupe industriel, cougar en tailleur qui n’a pas hésité à remercier la crise pour lui avoir permis de « tirer sur les tire-au-flanc ». Ton amie chômeuse a immédiatement voulu prendre la défense de tous les tire-au-flanc du monde, mais on ne lui a pas laissé le micro.

- Il y avait aussi l’entrepreneur social qui essaie de changer le travail à son échelle, le mec sympa qui va se faire bouffer par la cougar.

Soyons bon joueur, ça ne doit pas être évident d’organiser un débat qui fasse vraiment avancer le schmilblick. Ce n’est pas vraiment le lieu des révélations et des solutions auxquelles personne n’a jamais pensé. Il me semble que l’intérêt, c’est plutôt de prendre la température sur un sujet.

En l’occurrence, ce qui m’étonne, c’est qu’en 2010, personne ne songe à remettre en cause l’idée selon laquelle le travail serait une valeur. C’est à dire que non seulement il faut travailler pour bouffer, mais en plus, il faut aimer ça. Il faut défendre le travail parce qu’il serait le moyen de se révéler au monde, de « devenir soi-même » et toutes ces conneries qui devraient rester des slogans pour marques de chaussures. Déjà, qu’est-ce que c’est que cette histoire de « sens de la vie » ? Et ensuite, pourquoi diable le travail serait-il le seul moyen de le découvrir ?

Je ne voudrais pas avoir l’air de prêcher pour ma paroisse, je sais bien que « chômeuse professionnelle » n’est pas une posture tenable à long terme. Mais si on continue à penser le travail en tant que valeur, on suppose que ceux qui n’en ont pas sont des êtres vidés de leur substance, condamnés à errer dans le non-sens jusqu’à ce qu’un travail vienne enfin leur offrir une identité.

C’est aussi archaïque que de penser que c’est l’homme qui valide l’existence d’une femme le jour où il l’épouse (big up Schopenhauer). Putain les gars, il commence à y avoir beaucoup, beaucoup de chômeurs, il serait peut-être temps de réactualiser nos grilles en matière d’appréciation des humains.

Je crois bien que je tiens mon nouveau loisir. Reste plus qu’à choper le micro.

Infozéliens utiles :

Illustration : tableau de Édouard Debat-Ponsan Vérité sortant du puits, 1898 (voir Wikipedia)
Le site des Conversations Essentielles

Ton amie chômeuse s’en est pris plein la gueule

Vendredi 2 octobre 2009

flagellation-christ-l

(Après l’intervention de commentateurs très en verve)

Il était une fois, une fille qui avait quitté son travail dans une grande entreprise de cosmétiques-chut-chut-pas-de-marque pour s’orienter dans un univers plus cher à son cœur. La fille, qui avait le nez creux, prit sa décision quelques mois avant qu’une crise dont vous avez peut-être entendu parler ne s’abatte sur le monde.

Après une longue période de recherches infructueuses et éprouvantes moralement (« Et toi, tu fais quoi ? » « Je mange un bâton de céleri ? » « Non mais je veux dire : dans la vie ? » « Bah rien. Voilà. Rien du tout. »), elle eut l’idée d’un blog qu’elle appellerait Mon amie chômeuse. Le blog en question devait remplir trois fonctions :
1- rendre service à ses amis qui travaillent et manquent de temps, et ainsi conférer à la fille une utilité sociale,
2- afficher ses goûts pour le cinéma, la littérature et l’écriture, dans l’espoir qu’elle puisse un jour en faire une activité rémunératrice,
3- donner une autre image des chômeurs, et défendre l’idée qu’un individu ne se définit pas seulement par son activité professionnelle.

Une fois le site en ligne, celle qui était devenue ton amie chômeuse fut émerveillée d’être si bien accueillie, et souvent émue par les messages d’encouragement qu’elle recevait. Elle suscita même l’intérêt d’un rédacteur en chef de renom qui lui proposa de publier ses billets.

C’est alors que ton amie chômeuse réalisa que vraisemblablement, certaines personnes ne voulaient pas être amies avec elle. Accusée de snobisme et de parisianisme parce qu’elle avait écrit en anglais et qu’elle avait eu la goujaterie de naître à Paris, Anathème (qui porte bien son nom), lui dédia même une ode en ces termes :

« Avec de tels propos ne t’étonne pas de rester chômeuse encore longtemps…. Luco, comment oser affirmer ce diminutif abject et idiot que n’utilise que les gens de ton espèce, ne te plains pas de n’attirer personne, tu ne fais pas partie du paysage, les gens comme toi on n’en veut pas… laisse nous cet espace de bon goût… ».

La fable s’arrête donc ici. Je ne vais pas prétendre que ces injures n’ont produit aucun effet. J’ai voulu me préparer à manger quelques minutes après en avoir fait la lecture, et je me suis retrouvée à ranger la mozza sous l’évier, à allumer la bouilloire pour me faire un œuf au plat, enfin j’ai réalisé une heure après que je n’avais pas éteint le gaz : de toute évidence, j’étais perturbée.

Les personnes qui se permettent de tels propos sur Internet se rendent-elles compte de ce qu’elles font ? Si Anathème m’avait croisé dans la rue, il (ou elle) m’aurait-il craché au visage ? Cette méchanceté m’étonne, comme toujours, et me rend profondément triste. Est-ce que le fait que je m’auto-qualifie de glandeuse justifie qu’on dise que je « ne fais pas partie du paysage » ? Anathème ne connaît-il pas le sens des mots humour et dérision ?

Je salue néanmoins l’audace de se revendiquer d’un certain « bon goût » tout en usant de formules telles que « les gens de ton espèce » et plus loin « les gens comme toi ». Je conseille à Anathème la lecture de Chômeurs Academy, de Joachim Zelter, où il aura la satisfaction de voir ses fantasmes réalisés (les gens de mon espèce y sont enfin parqués dans des camps de rééducation, c’est tout à fait jouissif).

Citons enfin le dénommé Popey, qui en réaction au même article s’exclame (je copie-colle) : « Anatheme a tout dit,la glande le pied de beaucoup de chomistes surtout ne cherche pas tu seras de te lever le matin. !!! ». Une centaine de traducteurs sont actuellement à pied d’œuvre pour essayer de déchiffrer ce message, ton amie chômeuse ne manquera pas de te tenir au courant de leurs trouvailles.

J’ai bon espoir qu’à l’avenir, ce genre d’attaques me laisse de marbre (il paraît qu’on s’habitue à tout), et que je ne ressente plus le besoin de consacrer un si long texte à de si viles personnes. Il ne faudrait quand même pas que tout ça me détourne de mon nouveau métier, qui consiste, rappelons-le, à  glander pour le compte des autres.

Liens et infos utiles :
Le texte sur le Luco sur le site de Marianne2, suivi des messages d’amour et d’amitié sus-cités,
Le texte sur Fish Tank, également connu sous le nom de “l’injure aux polyglottes”,
Enfin, le texte sur la galerie Magnum, pas encore trop vigoureusement insulté, mais on ne perd pas espoir.
NB : la rédaction de Marianne se réserve le droit de changer les titres des billets, ainsi que d’y ajouter un “chapo”. L’expression “Luco”, qui m’aurait envoyée directement brûler en enfer, n’est donc pas de moi.