Archive pour le mot-clef ‘soulier qui vole’

Ton amie chômeuse a vu Spamalot

Jeudi 8 avril 2010

spamalot

Spamalot, spectacle musical inspiré des Monty Python, avec Pef.
Théâtre Comedia, Paris

(Requête de Gé, trouve que ça a l’air trop drôle)

Ton amie chômeuse jure que (pour une fois) elle était dans de très bonnes dispositions, prête à se gondoler franchement devant cette adaptation des Monty Pythons (elle était même un peu bourrée pour tout avouer).

Il faut dire aussi qu’il y a de l’ambiance, au théâtre Comedia. Entre le monsieur qui crie « deeeeeeemandez le programme » comme dans un film, les voisins de gauche qui enchaînent les blagues, et la voisine de droite qui est si excitée qu’on aurait dit ton amie chômeuse quand elle est allée voir le Soulier qui vole à l’âge de 5 ans (un spectacle de Chantal Goya magnifique, ami lecteur) : la salle était tout simplement survoltée.

Ton amie chômeuse s’est volontiers laissée aller à la liesse générale et quand MATTHIEU GONET (mais oui, ami lecteur, Matthieu Gonet de la Staracadémie, lui-même, je te jure) est arrivé sur scène car c’était lui le chef d’orchestre, j’ai même fait « wouhou ».

Mais très vite, la catastrophe : je ne sais pas ce qui s’est passé (niveau d’alcool en baisse peut-être), mais malgré toute ma bonne volonté, j’ai décroché. Oui, les décors en carton sont rigolos, la voix de Pef a toujours des accents irrésistibles… Oui, mais non.

Curieusement, l’humour ras-les-pâquerettes qui a fait le succès des Robins des Bois ne fonctionne pas dans ce contexte. Les auteurs ont vraiment abusé des références aux comédies musicales à succès (Le Roi Lion, Starmania, Mozart, Cléopâtre, tout le monde y est passé), et même en version pastiche, les chansons interminables avec paroles idiotes et effets de voix, c’est difficile à supporter.

Ce n’était résolument pas l’avis de ma voisine de droite qui hurlait, littéralement, de rire, c’est à dire qu’elle commençait par un long cri complètement flippant avant que n’éclate son rire, qui n’était finalement que l’écume de ce phénomène sonore ahurissant.

Donc je ne sais pas, ami lecteur… Je n’ai pas pu m’empêcher de penser que ce n’était pas très fouillé, qu’on se foutait un peu de la gueule du spectateur en lui servant de la vanne facile et malhonnête (« malhonnête » pour une vanne, ça signifie qu’elle ne fait pas rire son auteur).

Ou sinon ils étaient tous drogués. Je ne sais pas.

Lien utile :
Spectacle sur Evène