Ton amie chômeuse a testé le Darshan

darshan

(Requête de Fanny)

Ami lecteur, si tu es fan de Jan Kounen (personne n’est parfait) (mais ne l’ébruite pas trop quand même), tu connais peut-être son film Darshan, qui raconte la vie d’une indienne qui sort un petit peu de l’ordinaire. Considérée comme une déesse dans son pays, Amma (puisque c’est comme ça qu’on l’appelle), s’est donnée une étrange mission, qui consiste à prendre l’humanité dans ses bras. Pas un tronc d’arbre, comme certains écolos sous champi, pas deux ou trois personnes rencontrées au hasard des rues, non non, l’humanité tout entière, soit 6,7 milliards de personnes. Ça te fait peut-être bien marrer ami lecteur, mais tu rigoleras moins quand tu apprendras ce qui suit : Amma en est déjà à 30 millions.

Que ça ne donne pas des idées aux sans-amis : n’est pas Amma qui veut, et il n’est pas certain que tu reçoives le même accueil qu’elle si tu décides de t’adonner à cette pratique (avec tout le respect). Amma est une éveillée, c’est à dire quelqu’un qui a pris conscience très jeune que rien ne compte en ce bas-monde, sinon l’amour. Elle a son ashram bien sûr, mais elle contribue également à une flopée d’œuvres charitables, et surtout elle aime l’humanité tout entière et sans distinction, ce qui n’est pas ton cas ni le mien (two words : Nikos Aliagas). Quand elle vient en France, le monde de ceux qui mangent des graines germées, qui achètent leur lessive chez Biocoop et se lavent au lait d’ânesse est en effervescence, c’est un peu comme si Michael Jackson revenait pour donner un dernier concert, pour donner un élément de comparaison.

Ton amie chômeuse a beau prendre une saloperie de petit ton ironique, ça faisait des mois que j’attendais qu’elle revienne, verte que j’étais de l’avoir manquée l’année dernière. Faire la queue pour qu’une dame qui sent le curry et irradie de l’amour me fasse un câlin, je suis complètement pour, et je n’ai pas eu besoin que mon amie yogini (qui mange des graines germées) me traîne par les cheveux.

C’est ainsi que nous sommes arrivées, elle et moi, à 7H30 du matin, heureuses et motivées, dans la zone industrielle de Cergy qui devait accueillir Amma. Ton amie chômeuse a été assez surprise de constater que les gens dans la queue avaient des looks parfaitement banals, on aurait pu se croire à l’ouverture des soldes, pas de dreadlocks ni de pantalon en coton bio orange ; étonnant. Des gens de tous âges, souriants et bien lunés malgré l’heure matinale. J’ai été rassurée de voir arriver un petit groupe de fervents bouddhistes qui a commencé à faire des mouvements de bras (prières ou étirements, on ne sait pas) et dont j’ai appris qu’ils étaient « en silence », c’est à dire qu’ils avaient fait le vœu de ne pas parler pendant 3 ans 3 mois et 3 jours. Voilà qui a permis à ton amie chômeuse de ricaner un peu, ça aurait été dommage quand même.

Une fois à l’intérieur du bâtiment, des gens en pantalon de coton bio (je savais bien qu’il y en aurait) se sont précipités sur nous pour nous expliquer la marche à suivre : déposer ses chaussures et son manteau (ton amie chômeuse avait des chaussettes dépareillées, mais je sais bien qu’Amma ne juge pas pour si peu), prendre un ticket pour pouvoir participer au darshan (l’étreinte), et aller s’installer au plus vite sur l’une des centaines de chaises disposées devant la scène. Un peu plus tard, nous sommes des centaines réunis dans la salle, chantant à l’unisson « om shanti », et animés par la même envie : faire un câlin à Amma. Ca pourrait être pathétique, ça l’est sans doute un peu (triste espèce qui fait la queue pour être serrée dans des bras aimants), mais c’est surtout émouvant. Les pantalons de coton bio poussent les chaises roulantes des très vieux ou des très handicapés devant Amma, les ados retirent leurs écouteurs, les perchés ferment les yeux : c’est un moment de ferveur collective intense, et ça a quand même plus de gueule qu’un stade de foot.

Seulement il y a un problème : au lieu de nous laisser aller à aimer nos frères humains au moins deux heures dans l’année, un écran géant posté au dessus d’Amma diffuse des images (un peu propagandistes) de toutes ses bonnes œuvres. Mon amie yogini me fait remarquer la similarité entre le discours mal traduit d’Amma et celui de Miss France, et c’est vrai que je m’agace de cette litanie catastrophiste sur l’état du monde, de la pollution au manque de spiritualité en passant par les pesticides. J’aimerais me concentrer sur le fait que je suis face à la personne la plus désintéressée que j’aurai sans doute jamais l’occasion de voir, mais je n’arrive pas à détacher mes yeux de cette succession d’images mal filmées…

Quand notre numéro est appelé, nous sommes invitées à progresser tout doucement devant Amma, en procession, jusqu’à nous trouver à quelques centimètres d’elle. Ton amie chômeuse a reçu tellement d’instructions de la part des pantalons bio que j’ai failli paniquer : ne pas toucher Amma, mettre la tête sur son épaule droite, relever ses cheveux, ne pas lui marcher sur les pieds, etc. Si bien que quand la déesse m’a attirée à elle, j’ai pensé : « merde, où dois-je mettre mes mains bon sang ? ». Après une seconde j’ai essayé de me concentrer sur ce qui se passait, mais j’entendais le brouhaha des pantalons bio qui positionnaient déjà les suivants derrière moi, et l’instant d’après, c’était fini, et on m’a demandé de dégager fissa. C’est du câlin à la chaine, et mine de rien, c’est très inhabituel. Je suis restée plantée là, hagarde, les yeux un peu humides sans trop savoir pourquoi.

Je fais désormais partie de la tranche de l’humanité qu’Amma a pris dans ses bras. Qu’est-ce que ça signifie ? Ai-je été contaminée par sa bonté ? A-t-elle contribué à changer mon regard sur le monde ? Sur le chemin du retour, j’étais déjà entrain de m’époumoner contre un automobiliste qui m’a grillé la priorité à droite.

Mais je crois que je suis contente d’avoir participé à ça.
Des vidéos sur le site de Rue89

Bookmark and Share

Mots-clefs : , , , , ,

11 commentaires sur “Ton amie chômeuse a testé le Darshan”

  1. Fanny yogini dit :

    J ai mes deux pouces en l air ! C est du beau boulot, comme toujours.

    Juste deux petites rectifications :
    - Je ne mange pas de graines germées, ça donne des gaz.
    - Les bouddhistes étaient en silence le matin, c est une pratique yoguique appelée “Mauna”. Le coup des 3 ans sans parler, ils vont faire ça proprement planqués dans le désert.

  2. apo dit :

    Tu es formidable, AC, avec toute ta “saloperie de petit ton ironique”, tes “yeux un peu humides sans trop savoir pourquoi” et ton “époumonnement” contre l’automobiliste.
    Cette sorte d’épanchement affectif public à ton adresse serait-il un effet dérivé de la spiritualité d’Amma…? Sans doute. J’en éprouve aussi pour ton amie Fanny.
    De plus, le câlin presque anonyme et quasi universel, c’est vraiment tentant, pour les seul(e)s ou non, sans ou avec ami(e)s, n’est-ce pas ? Pour une fois les considérations sociologiques y font pâle figure, et tu le dis bien.

  3. Roberta dit :

    En tous cas, pas de câlins pour Erwan l’illustrateur.
    Ca m’aurait bien fait marrer de voir la caricature de mon amie chomeuse être calée sur l’épaule droite d’Amma, ses longs cheveux dans une main et un pantalon bio dans l’autre…

  4. Isabelle dit :

    Le retour d’Amma sous nos contrées européennes est très attendu de tous ceux qui, appartenant ou non à sa communauté, ont été un jour ou l’autre saisis par la bouleversante simplicité de son Darshan, (vous y compris semble-t-il, et il est heureux que cela arrive précisément à quelqu’un que cette pratique pour le moins inhabituelle sous nos latitudes portait jusque-là plutôt à sourire), invention si étonnamment délicate dans son principe, et dans laquelle tout est dit de la plus douce, la plus universelle et la plus compatissante des mamans. Les choix spirituels sont comme chacun le sait, chose très intime, et si la légitimité de la recherche en ce domaine n’est plus à prouver (toutes les disciplines de la science contemporaine se heurtent en effet à un mur contre lequel vient se fracasser le très obscurantisme matérialisme pseudo-scientifique, et auxquels trouvent à s’appuyer les honnêtes chercheurs du sens de lavie, de quelque tradition qu’ils viennent), le parcours de chaque être humain en la matière n’en demeure pas moins de son ressort personnel, et avec lui, la solution qu’il choisit de donner pour son propre compte, par adhésion à une doctrine ou à un mouvement, ou bien en définissant sa route à titre strictement individuel, aux grandes questions auxquelles nulle mathématique ne saura jamais répondre. Marshall Rosenberg, dans son livre “Spiritualité pratique: les fondements spirituels de la communication non violente”, les appelle “les questions qui font peur”, les définissant en ces termes: “Que sommes-nous? Et que sommes-nous censés être?” Amma quant à Elle, pose ainsi le problème: “Nous ne pouvons plus nous permettre de considérer ces deux courants de la connaissance comme s’écoulant en sens contraire. En vérité, tous deux sont complémentaires l’un de l’autre. Si nous mêlons ces courants, nous verrons que nous sommes capables de faire naître une rivière très puissante, une rivière dont les eaux pourronteffacer la souffrance et dispenser la vie à l’humanité tout entière”. Ma propre démarche ne fait certes pas exception à cette règle, mais elle est source d’une forme d’ouverture d’esprit qui me permet, le plus loyalement qu’il m’est possible, d’examiner toutes choses afin de retenir ce qui est bon dans chacune d’elles. C’est dans cet esprit que je garde de l’Inde les valeurs universelles de méditation et de sagesse, et de l’œuvre d’amour d’Amma, notamment en faveur des plus démunis de ses concitoyens, mais aussi de cette invention simplissime et pourtant merveilleuse qu’est le Darshan, les fruits dont elle est porteuse: de nombreux témoignages concordants de personnes qui ont reçu le Darshan d’Amma font état d’un ressourcement spirituel parfois inattendu, s’accompagnant de sentiments tels que réconfort, consolation, sourire et paix, joie du cœur et de l’esprit… Si’il est vrai que la qualité de l’arbre se reconnaît à ses fruits, alors il va de soi que vous ne pouviez pas être mieux inspirés qu’en élevant Amma au rang des êtres d’exception dignes d’être reconnus comme maîtres spirituels, Mahatma comme on le dit en Inde, sans parler de sa dimension de figure humanitaire à laquelle il est juste et légitime de faire référence. La place d’Amma, vue comme incarnation de la face maternelle de l’amour divin, n’est certes pas usurpée et, quelle que soit la tradition à laquelle on se réfère, force est d’admettre que de telles figures ne sont offertes que rarement à l’humanité. Amma est donc une de ces bénédictions que le Divin n’accorde à ce monde que quelques fois par siècle! Mon but n’est certes pas de faire de la publicité (ce serait déplacé, voire inconvenant dans le contexte d’une réaction à l’annonce faite ici de cet événement, récurrent mais toujours nouveau, de la visite en France de la Mère de la douce béatittude immortelle), mais de partager parce que je le trouve tout simplement très beau, la lecture d’un livre qui retrace deux ans et demi d’une vie spirituelle qui se poursuit toujours, dans le giron maternel d’Amma. Son auteur, Anne YUNG, fonde son témoignage sur des faits, des anecdotes apparemment insignifiantes aux yeux de certains, mais qui prennent sens dès lors que les coïncidences fabuleuses qui les rendent parfois cocasses, sont éclairées par la lumière du Divin incarné dans une figure de femme, et plus précisément de mère universelle, Amma, transcendant les barrières qui séparent les cultures et les traditions spirituelles d’Orient et d’Occident, ainsi qu’il convient de le souligner, en précisant que, venant de l’hindouisme, Elle dépasse le cadre de sa religion en étreignant toute personne sans considération d’appartenance ethnique ou de condition sociale. À quoi je me permettrai d’ajouter, également celui des cultures et modes de vie: le principe même de l’étreinte n’est-il pas un courageux acte de rupture avec la dérive déshumanisante de cette civilisation occidentale où les chercheurs en psychologie s’ingénient à calculer, statistiques à l’appui, la distance que doivent garder l’un envers l’autre deux êtres humains, selon leur pays d’origine, et en-deçà de laquelle l’un des deux ressent la présence de l’autre comme une intrusion dans son territoire personnel(j’ai lu un article à ce sujet il y a quelques années dans une revue en langue espagnole)… Mais aussi dans le propre pays d’Amma, où, dit-on (en partie à tort du reste), que “les Indiens ne se touchent pas” ! Au fil des pages du livre dont je viens vous dire aujourd’hui quelques mots, Le cheminement auprès d’Amma et au sein de la communauté de ses enfants, est raconté sous l’aspect le plus simple qui soit, à savoir, la vie de tous les jours. Le message d’Amma est à tel point limpide qu’un enfant de douze ans peut le comprendre sans avoir la moindre explication à en demander, comme en témoignent les très belles citations d’Amma dont vous illustrez l’annonce de son passage dans notre pays. Cet ouvrage plein de fraîcheur et de sensibilité, voire d’humour, ne saurait évidemment se substituer aux recueils d’enseignements et de paroles d’Amma, tous passionnants dureste, et indispensables pour approfondir la connaissance de sa spiritualité, et que d’aucuns peuvent se procurer dans la boutique rattachée au site officiel d’Amma en France. Ce livre-ci est un récit, une sorte de journal de bord relatant une tranche de vie avec Amma, donnant un aperçu des us et coutumes de lacommunauté de ses enfants bien-aimés, sous une forme accessible qui donne l’impression que ce témoignage spirituel, dans toute sa profondeur, se lit paradoxalement comme un roman. Les Bhajans, ces chants dévotionnels à la gloire de cette facette maternelle du Divin, n’y sont pas oubliés, faisant même l’objet de situations qui ne manqueront pas, par la manière dont elles y sont rapportées, de vous faire tout à la fois méditer et sourire. Du reste, je ne viens ici vous entretenir de ce livre que parce que son auteur s’est engagée à reverser tous les bénéfices engendrés par sa diffusion, aux œuvres caritatives d’Amma, via l’association “Embracing The World”, par le biais de laquelle cette femme d’exception offre tout à la fois à son peuple (et à l’ensemble du monde via ses ramifications dans de nombreux pays), l’aide dont il a besoin (écoles, orphelinats, hôpitaux etc), et à ceux qui peuvent faire le bien autour d’eux, l’occasion d’accomplir leur chemin spirituel en se donnant aux autres.

    Éditeur: Bénévent.

    Auteur: Anne YUNG.

    Titre: LES JEUX DIVINEMENT ESPIÈGLES D’UNE P’TITE MAMAN.

    Ce titre pour le moins inattendu tire son origine du fait que La Mère Divine est célébrée en Inde sous mille noms, dont l’un (et non des moindres), est Lalita, ce qui signifie “la grande joueuse”. La Lila (jeu divin), consiste à dissimuler à l’humain sa véritable nature, afin que la finalité du parcours spirituel soit précisément de renouer avec elle par la compassion (thème particulièrement cher à Amma, et donc le renoncement à l’égoïsme. Outre le lien ici proposé, l’ouvrage se trouve sur les sites de toutes les grandes enseignes de produits culturels, dans les librairies Dialogue, ainsi que chez n’importe quel libraire qui peut le commander pour vous. J’en souhaite d’ores et déjà bonne lecture à chacune et chacun, vous ne le regretterez pas! Qu’il vous donne de découvrir de quelle beauté peut s’habiller la vie quotidienne transfigurée par la tendre présence d’Amma!

    Et qu’il me soit permis pour conclure, au risque de susciter une certainedérision (je l’assume, ce ne serait du reste pas la première fois), de joindre ma prière à celle d’Amma, pour que lapaix règne partout:
    Om Shanti Shanti Shanti !

  5. admin dit :

    Et la palme du commentaire le plus long de la Terre revient à…. Isabelle !

    Je l’ai néanmoins lu en entier, et je suis contente d’avoir la réaction d’une “vraie”.
    Je me joins également à la prière pour la paix (mot que j’ai tatoué dans le dos, et Fanny Yogini a Om Shanti tatoué dans la nuque ! Comme quoi, on n’est pas si différentes toutes les trois).

  6. Denis Ken dit :

    Denis, ton ami chômeur a aussi testé le Darshan, sur la proposition de sa fille. Ils y sont allé tôt (ah, avoir le temps !).

    Oui, toute cette attente, tout ce monde pour un calin… c’est, à la fois, effrayant de détresse et magnigique d’espoir.
    Mais la conscience du monde est sans doute en train de faire un grand saut (le saut quantique !?) et le meilleur reste à venir.

    Cergy, cette nuit incroyable d’amour… cette nuit d’un amour incroyable… et la laideur du monde n’est plus que le signe de la souffrance des “endormis” que nous sommes ; alors, plutôt que de rendre coup pour coup… j’embrasse aussi le monde, à ma manière, modestement.

    Mon amie, ton passage à la télé à Envoyé Spécial, avec cette idée réjouissante de “funemployement” - que je pratique, sans le savoir, pour la seconde fois (beaucoup de musique pour ce qui me concerne) -… c’est de la bombe ! Bravo de persister, même à mi-temps ! !!

  7. admin dit :

    @Denis Ken : je ne savais pas non plus que je pratiquais le “funemployment”, je l’ai appris au moment du tournage !
    Je m’en vais écouter ce que fait mon collègue chômeur sur My Space…
    A bientôt !

  8. Julien dit :

    Bonjour ! Je viens de decouvrir votre charmant site internet garce au tres bon reportage d’Envoye Special. Et quelle surprise de trouver ce premier article sur Amma (”la mere” en Malayan, langue du sud ouest de l’Inde ou est nee Amma et ou se trouve son ashram). Je reviens d’un voyage d’un an (principalement en Inde) et j’ai eu la chance de decouvrir Amma au cours de mon periple.
    J’ai ete tres dubitatif sur mon experience personnelle de darshan (mot sanskit ou hindi signifiant “voir le dieu”) mais j’ai beaucoup de respect pour ce geste simple, quoique repete a la chaine… La vie en communaute et le travail communautaire m’avaient beaucoup marque aussi.

    Je suis ecrivaillant (ecrivain-vaillant) et mon experience avec Amma sera un chapitre de mon second livre sur les 100 experiences nouvelles que j’ai teste en 2009 (projet tres semblable a ce site non ?) En attendant mon premier livre “Metro parisien, petits plaisirs du soir et du matin” paraitra le 27 fevrier 2011 et vous pouvez en decouvrir un nouvel extrait chaque jour sur le site http://www.julienlootens.com

    Je n’ai pas la palme du commentaire le plus long ?! Vraiment ? OK je repasserai :)

  9. christian dit :

    juste un bonjour, je prends contact.

    occuper son intelligence intuitive bourrée de neurones miroirs… il faut aller voir sur place, c’est sûr. j’y comprends rien.
    faut-il douter du doute? ou bien douter en compagnie de l’être suprême?

  10. christian dit :

    je rajoute:

    chômeur je suis, socialement mais pas cosmiquement. J’ai des doutes: vais-je devoir me prostituer pour payer mon loyer? ma propriétaire est absolument furieuse!
    non, je ne partique pas le cynisme, mais l’humour. il faut rire de tout, de soi aussi. je veux signaler que ça marche comme ça un humain.

  11. je n’ ai pas sommeil et je surf sur la toile y cherchant vainement une réponse à mon errance dans le parcours d’ une chomeuse itinérante !
    Et je tombe sur ça “Amma” mère universelle que j’ ai approchée par le biais d’ un enseigement philosophiuqe et un livre ” 2008, année de l’unité” et un CD de méditation qui incite à la connaissance d’ Amma (Edition Ariane).
    Mon propre cheminement et mon vif intérêt pour éclaircir mon horizon bouché par l’ obscurantisme du chacun pour soi m’ amène à me joindre à vous tous et particulièrement Isabelle qui à mis une lueur d’ espoir et de fraternité dans ce très beau texte. je souhaite en savoir plus et si vous juger utile de me faire connaitre quoi que ce soit s’ y rapportant, Merci de me laisser un Message; Bonne et heureuse année à tous

Laisser une réponse