Ton amie chômeuse a tenté le nettoyage de nez à la manière des yogi

nosebuddy_banner1_image_550_w

(Requête de Noémie pour me mettre dans l’embarras, au final s’est retrouvée à le faire avec moi)

Sur la photo, vous avez l’impression que la dame se verse de l’eau par une narine en la faisant ressortir par l’autre, le tout sans se départir de son sourire suédois. C’est normal, c’est exactement ce qu’elle est entrain de faire. Moi aussi, j’étais incrédule au début. Heureusement, le « nose buddy » (l’ami du nez, c’est le nom de cet arrosoir bleu), est accompagné d’une petite brochure qui explique comment cette dame en est arrivée là.

On réduit souvent le yoga (nous, les non-yogi) aux jambes passées derrière la tête et à la position du lotus. Or, le yoga ne se limite pas aux positions, qui sont seulement une petite partie de la discipline. D’autres pratiques, comme la méditation et la purification du corps viennent aussi s’insérer dans le I-Cal du bon yogi. Ainsi donc, la suédoise ci-dessus est bien entrain de mettre en œuvre une technique de yoga appelée « neti » qui vise à nettoyer le nez.

Le réflexe à ce stade est de s’interroger sur la pertinence d’une telle toilette ; « il a le nez sale… ça fait négligé » est une remarque que l’on entend assez rarement. C’est alors que m’est revenu une scène du film Croc-blanc, que j’ai vu à l’âge de 8 ans et qui m’a beaucoup marquée : le vieux Skunker (il me semble) reste interdit devant le spectacle de Jack Conroy se lavant les dents et dit « mais comment il a fait pour se les salir ? ». Pour lui, le brossage de dents est aussi absurde que le lavage de narines l’est pour nous. Au contraire de Skunker, je me lave les dents, ainsi que les oreilles, pourquoi donc ne me laverais-je pas le nez ?

Déjà à moitié convaincue par ma comparaison avec Croc-blanc, je commence la lecture du paragraphe « Pourquoi se rincer le nez ? » dans la brochure. En nettoyant et humidifiant les muqueuses, Neti préserve des rhums et des sinusites, de l’asthme, des migraines et des ronflements, améliore la vue et l’odorat, aide à arrêter de fumer, c’est limite si ça rend pas gentil et intelligent. M’arroser le nez me paraît un bien petit effort à fournir pour jouir de tous ces bénéfices, et je m’en vais préparer le mélange d’eau et de sel. Bien sûr, quand on se retrouve penché au-dessus du lavabo avec l’embout de l’arrosoir dans le nez, prêt à verser le liquide, on a une seconde d’hésitation (« mais qu’est-ce que je suis entrain de faire là ? »). On se souvient alors de l’autre brochure aperçue dans le carton du nose buddy, intitulée « Nettoyage de l’intestin », et on se dit qu’on s’en est pas si mal sorti avec un défi qui ne concerne que le nez.

C’est d’une facilité déconcertante, l’eau passe d’une narine à l’autre sans se tromper de chemin, aucune noyade à redouter. La sensation est très étrange, mais pas désagréable. C’est un peu comme si on pleurait par les narines (l’eau légèrement salée a le même goût que les larmes); Dieu merci on ne se met pas à morver par les yeux pour autant.

Le nettoyage est suivi de quelques positions de yoga, et d’une technique de respiration appelée « le soufflet du forgeron » qui consiste à inspirer et expirer rapidement avec une seule narine. En tout, il faut compter une petite demi-heure pour le rituel en entier, un peu plus si on arrive pas à garder son sérieux au moment de se mettre l’embout dans le nez. Après coup, on se sent comme après une baignade dans l’océan atlantique : fier, tonique, revigoré, et le nez parfaitement débouché. Pour les effets à long terme, pensez à demander à Noémie, qui a trouvé en nose buddy un vrai compagnon du quotidien.

Bookmark and Share

Mots-clefs : , , ,

11 commentaires sur “Ton amie chômeuse a tenté le nettoyage de nez à la manière des yogi”

  1. Fanny dit :

    Bravo, maintenant, j’ai envie d’essayer

    (si le nettoyage du nez, c’est comme pleurer par le nez, je m’interroge sur le nettoyage de l’intestin…)

  2. una idea dit :

    Merci de nous faire découvrir des us et coutumes différents….

    Et bravo d’avoir tenté l’expérience..

    Mais ça ne m’inspire pas du tout du tout !!

  3. Steph dit :

    Et c’est une très bonne idée cadeau un nose buddy.
    Beaucoup plus original et récréatif que des sels de bain.

  4. Antoine dit :

    je suis assez convaincu par le technique …. qui ne s’est jamais retrouvé lors d’un rendez-vous galant à devoir se moucher. Un acte anodin qui ne demande que quelques seconde d’exécution .. mais la question existencielle qui survient juste après est : n’y a t’il pas une crotte de nez qui est restée accrochée à mes poils de nez … mon interlocuteur, trop gêné, n’ose rien dire …
    Le noze buddy me semble être donc idéal pour rester correct et chic en toute circonstance .. merci pour l’astuce

  5. [...] « Ton amie chômeuse a tenté le nettoyage de nez à la manière des yogi [...]

  6. Tomalione dit :

    ca donne envie!

  7. Gael dit :

    L’appareil se nomme un Lota et la pratique Jala Neti. Je crois que j’avais découvert ça pendant une période de chômage, moi aussi ;) Heureusement pour toi, je ne te demanderais pas d’essayer Shank Prakshalana pour moi.

  8. admin dit :

    @Gael : HA !!! Je sais ce que c’est Shank Prakshalana ! Ma copine Noémie a failli crever il y a quelques semaines en le tentant toute seule chez elle ! Vraiment, je crois que je vais en rester au nez… Et puis d’abord mes intestins ne sont pas sales.
    Merci pour ton commentaire !

  9. Gael dit :

    Il parait que ça peut-être dangereux, oui… Moi ça me réussis bien. Par contre, je ne vois pas comment comparer la propreté de nos intestins pour prouver l’efficacité. Rien que d’y penser ça me fais plus flipper que le nettoyage lui même :D

  10. admin dit :

    @Gael : il faudrait qu’on compare la couleur de ce qui sort de nous. Comme on ne se connait pas, ça briserait la glace assez vite je pense. (Bon j’arrête là, je suis sur une pente glissante…).

  11. [...] consiste à loucher en tirant la langue, j’ai bu ses infusions maison aux queues de cerise, je me suis nettoyée le nez à l’eau salée et j’ai appris à respirer comme Dark Vador avec [...]

Laisser une réponse