#Test- La coupe menstruelle

Requête de Marine, aimerait convaincre ses camarades femelles de sauter le pas.

Ton amie chômeuse a longtemps hésité avant d’écrire ce billet : était-il bien raisonnable de partager mon intimité jusque dans ces recoins-là ? N’allais-je pas définitivement faire peur à mes lecteurs du sexe mâle ? Moi qui suis une adepte de la coupe depuis un an déjà, j’ai traîné.

Quand soudain, les médias ont commencé à raconter tout un tas de conneries sur cette invention que ton amie chômeuse juge révolutionnaire à tous points de vue. De quoi parle-t-on ? que tu te demandes, ami lecteur. On parle de ce qui afflige une fois par mois toute femme entre 14 et 55 ans, les règles, et des moyens de s’en dépêtrer.

Cette fois c’en est trop, ton amie chômeuse en a ras-la-touffette (hommage à Marina Foïs) de cette omertà idiote sur les règles.

Non, ce n’est pas bleu comme veulent nous le faire croire les publicités télévisées. C’est rouge, parce qu’en fait, c’est du sang.

Non, on n’a pas envie de se balader en pantalon blanc ni de faire des sauts de gazelle en riant : on a mal au bide, et on est traumatisées par le souvenir de cette fuite qui nous avait collé la honte en 3ème. Je me suis d’ailleurs toujours étonnée que ce genre d’épisode soit à ce point assimilé à un accident nucléaire ; personne n’a envie de se balader en remake de la Reine Margot, c’est entendu, mais si une tache survient, est-ce vraiment un motif de déshonneur absolu ? Bon.

Deuxième chose, ton amie chômeuse aimerait attirer l’attention sur le caractère absolument archaïque des moyens qui sont mis à la disposition des femmes pour se prémunir des catastrophes sus-citées : sans même parler des couches améliorées que l’on appelle serviettes hygiéniques, les tampons ne sont rien d’autres que des morceaux de coton en forme de suppositoire traités avec nombre de produits chimiques aux effets inconnus sur notre intérieur, difficiles à mettre, et qu’on l’on s’échine à enrouler dans du papier toilette avant de balancer le tout à la poubelle – dans le meilleur des cas. (Le papier toilette, encore un truc absurde, et dire qu’à une époque il y avait des bidets… Notre société pourtant si hygiéniste préfère « s’essuyer » plutôt que se laver, c’est incompréhensible, passons).

Que l’on n’ait rien inventé de plus ingénieux depuis tout ce temps que les femmes ont leurs règles paraît incroyable, tu seras d’accord avec moi, ami lecteur.
Et c’est là qu’on devient fou : il se trouve que si, on a inventé quelque chose de beaucoup plus simple et intelligent, ça s’appelle la Moon Cup.

L’objet ressemble à un mini entonnoir à l’envers, une petite coupe en silicone assez moche, mais pas plus qu’un tampon. Recueillir le sang, vider la coupe à la fin de la journée, la replacer : c’est tellement évident qu’on se demande comment on n’y avait pas pensé plus tôt.

Les avantages sont innombrables (finies les fortunes dépensées en couches culottes, la coupe menstruelle se conserve 10 ans, finis les déchets qui mettent une vie à se biodégrader, finies les irritations, etc.), et pourtant, pourtant, la façon dont cette invention a été accueillie dans la presse féminine est invraisemblable.

Je passe sur les périphrases absurdes pour éviter d’écrire les mots « règles » et « sang ». On a assisté à une véritable levée de boucliers contre ces saloperies d’écolos qui nous forcent à faire des choses absurdes (comme d’admettre que ce qui coule chaque mois, c’est bien du sang et non du Canard lave-vitres) au nom de la préservation de la planète.

Les journalistes étaient offusquées qu’on les accuse de menstrues, bientôt on dira qu’elles font caca, et puis quoi encore ? Une coupe, vous imaginez ? C’est dégoutant, et en plus il faut la vider et la rincer, beurk, c’est tellement plus « ladylike » de balancer son tampon dans les toilettes au risque de boucher la canalisation du café (m’en fous c’est pas chez moi).

Je comprends maintenant qu’on ait mis autant de temps à entendre parler de la coupe menstruelle : elle a soulevé un tabou (et je crains que ce soit loin d’être le dernier). Triste époque vraiment, hypocrite et percluse de paradoxes.

Rejoindre la conversation

62 commentaires

  1. Je suis super heureuse que tu es fait ce post amie chômeuse ! Car je suis aussi offusquée que toi sur ce sujet. Je ne comprend pas pourquoi la moon Cup n’est pas plus diffusée, c’est tout simplement l’invention du siècle, une révolution féminine ! il est évident que les « lobby » des tampons et des serviettes ne veulent pas mettre l’accent sur la moon cup puisque que tu n’en achètes qu’une tout les 10 ans. c’est pas bon pour l’économie alors que c’est bon pour la planète mais la planète y a pas grand monde qui en a foutre quelque chose au final – cf : nos dirigeants et chefs d’entreprise ! J’essaie de promouvoir la mooncup à travers ma page FB mais bcp de filles sont encore réticentes a passer à cette petite chose géniale dont la presse ne parle pas ou alors comme dans les années 20’s !

  2. Bon alors c’est pas intéressant tout ça, mais c’est des positions de principe, hein, moi je veux savoir comme on vit avec une vizirette collée à l’entrejambe toute une journée: ça gêne pas ? même assiste? comment ça tient ? ça colle pas la peau ? ça sent pas trop le plastique ? ni une vieille odeur à la fin de la journée ? et la nuit on fait quoi ?
    Du concret, quoi ! parce que là, à part se sentir coupable de faire flotte du coton indestructible en surface des eaux usées, on n’est pas archi-convaincues de la praticité du bidule, quand même…
    Merci mon amie chômeuse !

  3. Mais, mon amie chômeuse, tu ne dis pas si c’est simple d’utilisation et si tu vas devenir une adepte de la Moon Cup (encore une appellation politiquement correcte, au passage) !

    1. Alors les meufs, je suis bien contente que vous réagissiez. Vous voulez du concret, je vous donne du concret :
      @Marie : merci de ton soutien !
      @Anne-Laure : relis le début : je suis une adepte depuis plus d’un an !
      @Chloé : (je ris beaucoup sur le coup de la vizirette) non, on ne sent rien, mais alors rien du tout, même assise en position lotus. Si tu la sens, c’est que tu l’as mal mise (comme avec un tampon). Honnêtement, l’utilisation ressemble vraiment à celle du tampon, à ceci près que ça se met beaucoup moins profond (excuse my French). Comment ça tient ? Ça fait ventouse sur les parois. À moins d’avoir un vagin genre gare de l’Est, je ne vois pas comment ça peut tomber. Et ça ne colle pas non plus. Je précise quand même qu’il y a deux tailles, une pour celles qui ont eu des enfants, et une pour celles qui n’en ont pas eu.
      Non, ça ne sent pas le plastique, et ça ne sent pas mauvais à la fin de la journée, non non. La nuit, on fait comme avec un tampon, encore une fois. En ce qui me concerne, la coupe n’a jamais débordé, mais j’imagine que ça dépend des femmes et des flux, peut-être que certaines auront envie de rajouter une couche-culotte au cas où (c’est quand même moins dur à supporter la nuit, la couche-culotte).
      Vraiment, si tu as l’habitude des tampons, je ne vois pas comment tu peux ne pas trouver ça mieux.
      Il faut prendre le coup de main pour la mettre, c’est vrai, on se rappelle avec émotion des premiers tampons (encore, je sais que je me répète ) ou des premières lentilles de contact. Il faut plier le machin pour l’insérer, mais comme je disais, la bonne nouvelle c’est que ça se met quasiment à l’entrée du vagin, donc pas de spéléologie nécessaire.
      Je suis prête à répondre à toute autre demande : shoot !

  4. un truc de dingue, c’est évident !!!!
    Vive le retour des bidets et des cup !
    Ça existe depuis longtemps ?

  5. et oui c’est formidable la mooncup, j’ai initié MAC ainsi qu’un bonne 20aine de copines qui depuis plus d’un an sont des inconditionnelles de la mooncup. je fais du sport avec sans problème (footing, vélo et même piscine!!).
    n’attendez plus c’est trop le bonheur on la change le matin au réveil et le soir avant de se coucher, jamais de fuites ni de débordements, enjoy!!

  6. En fait, tu nous dis pas si c’est facile à mettre et à enlever, comment on fait si ya pas de lavabo dans les toilettes, combien de temps on peut la garder sans que ça déborde, et autres crudités. Euh, pardon, j’avais pas vu que tu répondais dans les commentaires.
    J’avais très envie de l’essayer… mais… je suis ménopausée, quel dommage! Tu vois que ma soif d’instruction est complètement gratuite.
    Ma découverte, c’est que finalement on perde si peu de sang pour que ça tienne dans ce minuscule verre à liqueur. Toute la journée, tu dis, Marine? Il me souvient d’un certain pantalon moulant rose vif et d’un de mes élèves (j’enseignais à l’époque) me chuchotant timidement « Maîtresse, vous avez une tache… là… »
    Et tiens, à propos de se laver ou de s’essuyer, au Vietnam il y a toujours associé aux cuvettes de WC un tuyau de caoutchouc avec une douchette au bout. Il mettent aussi du PQ lorsque les toilettes sont fréquentées par des occidentaux parce qu’ils savent qu’on préfère.
    Evidemment, entre une Moon Cup tous les dix ans et trois boîtes de tampons tous les mois, ya pas photo pour nos fabricants de poubelles. C’est probablement pour le même motif que le DIU est si peu utilisé en France. Heureusement que quand un truc est chouette, on se passe de leurs pubs.

  7. @Anne-Laure : sur internet ! Regarde sur le site mooncup, c’est là que j’ai achetée la mienne, sinon il doit y avoir des distributeurs en France…
    @Cultive ton jardin : ça faisait longtemps, welcome back ! Écoute, je ne voulais pas être plus graveleuse que je ne l’étais déjà, mais le fait de pouvoir apprécier la quantité de sang qui s’échappe de moi fait également partie des qualités que je trouve à l’objet. Je me sens un peu plus proche de la compréhension de mon propre corps…
    Et oui, dans tous les pays arabes et dans pas mal de pays asiatiques, ils nous prennent pour de gros dégueulasses avec notre papier toilette, et ils ont bien raison.

  8. Juste pour faire un commentaire masculin dans ce billet « féminin »… mais j’ai rien à dire 😉
    A part que je ne connaissais pas du tout la Moon Cup et que si j’étais une femme, je me laisserai tenter !
    Aller, je ferme cette part féminine en moi et retourne a moi tricotage… euh non… merde, je suis démasqué !

  9. Ben je vais me coucher plus intelligente que ce matin, moi!
    Je ne savais même pas que ça existait cette petite chose!
    Suis moyen convaincue là tout de suite, mais bon, l’idée va faire son chemin…

  10. ouais ! ouaiiiiiis ! ouaiiiiiiiiiiiiiiiiiiiis ! tellement de puissance dans ce post. Cette fois-ci, c’est décidé, j’achète !

  11. Aaaah MAC qui nous parle de la MoonCup ! J’espère que tu réussiras mieux que moi à convaincre tes paires.
    Une copine m’a fait découvrir ça il y a environ 2 ans, lorsque je lui ai demandé quel été ce curieux bidule en plastique mou qui trainait dans sa salle de bain.
    Elle m’a expliqué à quel point ça lui avait changé la vie, que c’était super pratique, et tout et tout.
    Donc pour les détails pratiques, ça a une contenance apparemment suffisante pour tenir une grosse journée (ma copine m’a dit qu’elle avait des règles relativement abondante parfois, mais je ne sais pas vraiment comment ça peut se traduire). Suffit de la rincer et de la laver à l’eau savonneuse une fois par jour, et de la faire bouillir une fois sa période passée pour bien la désinfecter.
    C’est aussi simple que ça ^^
    Alors depuis 2 ans donc, je suis en mission d’évangélisation pro-MoonCup et j’en parle à toutes les copines chaque fois que l’occasion se présente. Malheureusement, je ne rencontre que réaction dubitative, voir des « ouaa mais ça doit être dégueu », bref je n’ai *jamais* réussi à convaincre personne. Même des anarcho-féministes enragées, c’est dire ! à peine ai-je réussi à arracher un « ouais bon j’essaierai ptet un jour », sans doute oublié dès le lendemain…
    Curieux quand même ce rapport qu’on les femmes à leurs menstruations, c’est toujours vu comme sale, honteux… Alors que bon, c’est que du sang qui coule par le vagin quelques jours par mois, pas de quoi fouetter une chatte non ?

  12. @plop : non, vraiment pas de quoi fouetter une chatte en effet. Mais c’est quand même pénible (on a quand même un peu hâte d’être ménopausées comme Cultive ton jardin).
    Annette, Julie, Fanny (et Chris, pas de sectarisme) : la révolution est en marche 🙂

  13. Toi ma poule, je crois bien que c’est ton anniversaire aujourd’hui… Alors tu vas devoir t’y mettre, parce que je crois que j’ai une idée de cadeau.

  14. En fait, j’ai toujours eu avec mes règles des relations relativement sympa (pas oublier que, vu mon grand âge, j’ai commencé avec des « garnitures périodiques » LAVABLES, c’était quand même assez trash). Mais bon, je voyais revenir sans déplaisir ce petit « marqueur » du temps qui passe. Une des raisons, je crois, c’est que je les ai attendues longtemps, que mes copines étaient assez condescendantes pour la gamine que je restais tant que…
    Alors, le jour où « elles » se sont décidées, je suis sortie des toilettes en criant « Youpi, ça y est! ».
    Bon, j’irais quand même pas jusqu’à dire que je regrette, hein. A noter qu’on peut prendre certaines pilules sans discontinuer, le saignement qui se déclenche entre deux plaquettes est une « hémorragie de privation » pas du tout indispensable que les inventeurs (des hommes, c’est sûr) avaient cru nécessaire pour ne pas trop heurter notre délicate psychologie féminine. Ils avaient peur qu’on se sente moins « femme » sans ces charmantes compagnes. C’est bizarre, un homme, non?

  15. Pour continuer dans le mouvance de la propagation de la mooncup, voici mon témoigange.
    Vraiment vraiment, la mooncup, l’essayer c’est l’adopter ! perso je DETESTE les tampons, je n’en mets que si je suis obligée. Pourtant cette petite chose a eu raison de moi pour toutes les bonnes raisons : Développement durable, non-invasive, sans odeur, discrète, aucune gène et ca dure 8H max quand le flux n’est pas au max. Il faut prendre le coup pour la mettre et la retirer mais c’est l’histoire de rien 🙂 Ca coute 30 euros alors ca vaut le coup de l’essayer. Vous pouvez aller faire un tour sur doctissimo (par exemple) ou il y a pas mal d’échanges et de témoignages.
    BIG UP la mooncup !

  16. Très instructif ce témoignage. Je reconnais être tout à fait réfractaire à cet entonnoir à vagin, mais en hommage à l’année de la protection de la biodiversité, je suis prête à virer ma cutille si (désolée de transformer ton blog en forum femme actuelle) tu réponds aux interrogations naïves qui me taraudent
    -Quand tu es dans un café, es-tu obligée de faire une mare de sang pour aller, défroquée, des WC au lavabo pour laver l’objet?
    -Est-ce que ça ne choque pas les usagères du dit café de te voir défroquée à laver ton sang dans l’évier. Et si on passait toute à ça, est-ce que ça ne serait pas le contraire de l’hygiène d’avoir des sangs de tous horizons maculer les lavabos?
    et une remarque aussi sur l’hygiène des pays asiatiques et la toilette à l’eau..souvent l’eau se trouve dans un bac pas très propre (euphémisme) et les mains souillées s’y succèdent et en ressortent sans avoir été lavées (comment ça un savon, pourquoi faire, j’ai lavé ma partie ce matin, elle est propre)…Donc sauver l’environnement, oui, mais si c’est pour refaire apparaitre le choléra et les mycoses….Je te pose la question mon amie chômeuse…Merci de ta réponse

  17. La mooncup, c’est bien beau, mais quid de la complicité naissante entre filles, quand la soeur de ton nouveau jules vient discrètement solliciter ton aire, et que toi, royale, tu lui sort un tampax qui sent la fleur! Bon moyen de se mettre la future belle famille dans la poche.

  18. @trop nul le nom : de toute ma vie d’utilisatrice de Moon Cup, je n’ai eu à la vider en pleine journée qu’une seule fois (et encore était-ce au début, je ne l’avais pas très bien placée). Donc normalement, tu évites l’écueil du café défroquée et de la mare de sang dans le lavabo (parce que j’avoue que là, bon, c’est chaud). Cela dit, je n’avais pas pris le risque de trouver quelqu’un sur mon chemin vers le lavabo, je l’avais enlevé, vidé dans les toilettes, et remise. Tu te mets du sang sur les doigts, mais pas plus pas moins qu’en changeant de tampon (à moins d’être Pierre Richard).
    En pour les pays asiatiques, j’avoue qu’en les félicitant, j’avais plus en tête de l’eau clair que le seau croupi.
    @crevette : rien ne t’empêche de garder un tampon dans ton sac pour te faire des copines, tout comme un caramel et un briquet (très utiles également).

  19. Boum, un billet qui met les choses au clair.
    En tant que garçon, je trouve ça incroyable qu’on ne nous explique pas plus cette partie énorme de la vie des filles, qu’on fasse comme si elle n’existait pas.
    Quand j’y pense, à raison d’environ 5 jours de règles en moyenne par femme et de 30 jours par mois, avec les cycles de ces dames décalés, 1 femme sur 6 que l’on croise a ses règles.
    C’est pas exactement comme si c’était quelque chose d’assez rare pour ne pas mériter mention et la considération de la société.
    Ça me rappelle un texte associé à une chanson instrumentale (Dear Boys) de Latterman, un groupe de punk de Long Island qui s’est séparé depuis quelques années. Dans celui-ci ils demandent aux garçons de faire un truc tout simple pour aider à diminuer le patriarcat : même si on ne pourra jamais être dans le corps d’une femme, essayer d’imaginer ce que c’est, pour mieux comprendre. Faire preuve volontaire d’empathie.
    Si plus de mecs faisaient ça, on aurait ptêtre moins de ce message tout pourri comme quoi « le corps, c’est sale ».

  20. je connaissais déjà l’engin de réputation, et je suis prête à sauter le pas, mais … »j’me pose des questions ! »
    en fait, je me pose plus globalement la question d’une contraception respectueuse du corps (pilule : hem, stérilet : hem hem) et du mental dans une vie « moderne » (je me sens pas de revenir à la méthode ogino) et comme tout récemment ma gynéco m’a proposé une pilule plus faiblement dosée qui à terme (qq mois) élimine les règles … keske je fais ??!
    j’irais pas jusqu’à dire que j’aime sanguinoler une semaine sur 4 (ah oui, d’ailleurs, dans la rubrique questions sordides : la moon cup ça marche comment pour le tout début et la toute fin des règles ?) mais plus rien…ça m’a l’air un poil louche quand même.
    alors, docteur ??

    1. @papelhilo : un mot : fonce !
      Moi qui ne suis pas vraiment une fan des moments de règles (pour deux raisons : j’ai mal à la tête, et mon mec ne veut plus coucher avec moi, ce qui m’agace au plus haut point), je me suis renseignée sur la pilule prise en continu. Et, surprise, comme le dit Cultive ton jardin plus haut, il existe beaucoup de pilules qui ne nécessitent pas d’interruption, et donc, pas de règles. En fouillant plus loin, je me suis même aperçue qu’à l’origine, la pilule était conçue pour être prise sans interruption, mais comme c’était perçu comme « antinaturel » de ne plus avoir de règles, on a inventé cette histoire de changement de plaquette. Ça ne sert à rien, et ça n’a rien de naturel, puisque il s’agit d’une « hémorragie de privation » déclenchée par l’arrêt subit des hormones, et non de règles à proprement parler. Conclusion : toutes celles qui sont sous pilule peuvent se débarrasser du problème.
      Pour ce qui est de la contraception respectueuse du corps… Je cherche encore… Je me demande si ce n’est pas le stérilet le mieux, action mécanique et non hormonale…. Je ne sais pas.
      @thisisabore : veux-tu m’épouser ?

  21. Pour toutes les questions d’utilisation, entretien, achat etc :
    http://www.easycup.fr/
    Y a même un test pour choisir sa « cup »: marque, forme, couleur et tout et tout.
    Et à titre d’info, pour avoir fait beaucoup de pub aussi, toutes celles qui ont essayé sont devenues complètement accros! Mais pourquoi, pourquoi n’est-ce toujours pas vendu en pharmacie???

  22. une question: je viens de recevoir ma mooncup, et aucune norme CE n’est mentionnée sur l’emballage. qu’est ce qui nous garantit que ce produit est aux normes ?

  23. bon ben là maintenant c’est sur il faut que je teste ce machin bidule Moon cup …
    et je me suis bien marrée en lisant tous les commentaires, c’est chouette de voir que l’on peut parler de règles sans soulever des hum hum génés !!!

  24. Rien à ajouter sur la moon-cup, après un ou 2 cycles de rôdage, je l’ai adoptée à 100% il y a plus d’un an, sans regret pour l’instant 🙂
    Un commentaire par contre sur les pilules sans interruption : une de mes amies connaît le « bonheur » de l’absence de règles… mais elle m’a avoué avoir un budget test de grossesse non négligeable : bah oui, les règles, qu’elles soient vraies ou fausses, ça permet d’être sûre qu’on n’est pas enceinte ! Quand il n’y en a plus, la moindre nausée, le moindre nichon douloureux, on se met à douter…

  25. Bonjour bonsoir!
    Il est bien tard pour poster sur ce sujet, 1000 excuses, je viens d’arriver.
    Loin de moi l’envie de paraître etre la pire des Sal***, qui se fout de l’environnement, tout ca tout ca ( même si c’est difficile de ne pas culpabiliser) mais comment qu’on fait quand on ne supporte pas, déjà, les dits tampons? Quand on à failli tomber dans les pommes la première fois qu’on a essayé et envie de gerber les fois d’après? Cela dit, pour continuer avec l’exemple, je n’ai JAMAIS pu mettre de lentilles, même mon ophtalmo doit m’attacher pour faire un fond d’oeil … bref c’est pathologique, seul le vivant est invité à ma « table ».
    Bref, ma féminité se definit elle par la moon cup? Vais je bruler en enfer? Pour aller au bout de ma demarche, dois je jeter mes serviettes dans les toilettes parceque c’est tellement sale que même enroulée dans le plastique de la nouvelle, ma poubelle va la vomir?
    Quelque petites questions comme ça car quand on m’a proposé « un super achat groupé entre copines » et que j’ai décliné, j’ai tout d’un coup eu l’impression d’avoir écrasé un bébé phoque….
    Bon j’attends quand même la biodégradable avec impatience mais c’est comme les couches lavables, les allemands qui sont bien à la pointe la dessus en font déjà des biodegradables: http://melimelodesptitsblanpain.blogspace.fr/2104589/Couches-jetables-biodegradables/)
    Sinon, j’aime beaucoup votre photo d’illustration, elle m’a fait beaucoup rire!!

  26. @Clot : oh quand même, si on n’oublie pas sa pilule, on a peu de chance de tomber enceinte… Il suffit, comme moi, de mettre une alarme tonitruante à 18h chaque jour. Alors niveau discrétion, on a connu mieux, je crois que l’ensemble de mon entourage sait que je prends ma pilule à cette heure-là, mais enfin comme ça, je suis tranquille.
    @Moon Pad : il n’est jamais trop tard pour parler de la Moon Cup ! Pas de pression surtout, le mieux, c’est encore d’avoir le choix ! J’étais un peu fâchée quand j’ai écrit ce billet, c’est entendu, mais évidemment tu ne mérites pas le piloris parce que tu préfères les serviettes. Ce qui m’agace, c’est que personne ne parle de la Moon Cup, et ceux qui en parlent le font avec un air de dégoût qui me parait idiot. Le choix. Bon Sang.
    Et merci pour l’illustration, j’ai bien ri quand je l’ai choisie 🙂

  27. Ouf! Merci!
    Pour l’anecdote, moi aussi je mettais une alarme pour l’heure de la pilule. Mon copain finissait par hurler « Piluuuuule! » quand il l’entendait. C’était mignon,… jusqu’à ce qu’il le hurle par reflexe sur une terrasse bondée en plein été :\

  28. Inconditionnelle accro depuis quelques années, j’ai réussi à convaincre ma meilleure amie (d’une réticence absolue au départ) en lui en offrant une pour son anniversaire. Depuis, elle est devenue inconditionnelle accro et, par ricochet, sa soeur également. Une technique qui en vaut une autre…
    Quant à moi, chutes du Niagara pendant 2 jours tous les mois, j’associe la coupe avec une couche lavable en coton bio ces deux jours là, et même que ça me dégoûte pas de la faire tremper dans de l’eau savonneuse, puis de la rincer avant de la mettre dans la machine, d’abord !
    Et avec toutes ses économies réalisées, j’achète aussi des protège-slibards en coton bio biodégradables, au cas où.
    Expérience positive, donc.

    1. @Isobel : faire tremper sa couche lavable, wow, je crois que tu es notre maîtresse à toutes. Trop balèze.
      @Moon Pad : oui, j’ai déjà vécu ça… Et ensuite tu l’avales avec une gorgée de vin blanc, ce qui achève le tableau « classe ».

  29. @monamiechomeuse : généralement, on m’appelle peu souvent « notre maîtresse à toutes » et très souvent « une écolo cinglée, beuâh ».

    1. @Isobel : laisse tomber, comprennent rien les gens. Ici, tu seras « notre maîtresse à toutes ». J’ai dit.

  30. Merci mon amie chômeuse, enfin une adepte!! Plus économique, plus écologique. Et plus sure! Moi j suis fan!! kiss merci

  31. A mon tour de témoigner… Un peu tard, mais bon on ne tombe pas par hasard sur un blog incconnu.
    D’abord voyageuse puis expatriée en Afrique, ça fait deux ans que je suis « luna cup » (il y a moon cup, luna copine ex luna cup.. et d’autres marques à profusion maintenant, et aussi des cup de différentes couleurs (?) – bref y en a pour tout le monde).
    C’est extrêmement pratique en voyage , rando… ou pour vivre dans des pays ou il y a un certain manque d’eau… et où les ordures ne sont pas ou peu traitées.
    En fait, aucune obligation de laver ta « cup » (quelque soit sa marque) à chaque fois que tu la vide…
    J’ai parfois dû me passer d’un nettoyage eau + savon pendant plusieurs jours… sans problème.
    je recommande à toutes les voyageuses, ecolo ou pas: c’est plus pratique que de chercher des tampons dans une autre langue, dans un pays où on ne sait même pas si ça existe!!!!!!!! 😉

  32. La moon cup, diva cup, et autre nom english, est un objet qui a révolutionné ma vie pendant mes règles. Et c’est un homme (même pas un intime), qui a osé m’en parler, je ne le remercierai jamais assez.
    J’ai adopté à 200% cette invention, pour plein de raisons :
    Bien plus économique que tampons et serviettes, plus hygiénique qu’une serviette, car le sang n’est pas en contact avec l’extérieur.
    Plus écologique aussi (le seul déchet, c’est le fluide)
    Très facile d’entretien (eau et savon).
    Plus efficace, même la nuit ! Ca, c’est pour celles qui se poseraient la question, ça marche aussi quand on est en position allongée.
    Une fois la technique de la pose et du retrait maîtrisée, la cup nous suit partout et FINI le stress de la fuite. On est tranquille 8h (il m’est arrivé d’aller jusqu’à 10h quelquefois, à mes débuts car je ne maîtrisais pas la technique, donc j’avais peur de le retirer ailleurs que chez moi).
    Au + fort du flux, je la vide 1 fois supplémentaire, en milieu de journée.
    Imbattable pour des utilisations « extrèmes » en pleine nature sur plusieurs jours (randos, escalades en grande voie, bivouacs). Je n’ai pas trouvé mieux : fini les embêtements et les déchets qui s’accumulent si ça tombe pendant la période rouge ! Et on peut vider la cup en pleine nature.
    Enfin, un phénomère étonnant s’est installé progressivement, en une année d’utilisation : je me suis réconciliée avec ce flux ; et ce qui me gênait le plus au départ (entrer en contact avec ce sang-là), me parait aujourd’hui naturel, c’est mon rapport au corps qui a évolué je crois. Une forme de réconciliation, d’acceptation de ce corps pendant cette période, et une connaissance plus intime. Bref, j’ai un rapport plus naturel avec mon corps dans cette période, grâce à l’objet. Etonnant.
    J’en parle autour de moi dès que j’en ai l’occasion. Il faut faire connaitre ce moyen aux femmes.

  33. J’arrive moi aussi tardivement sur ce blog, j’ai lu avec passion le post et ses commentaires, un peu désappointée toutefois de ne rencontrer quasiment QUE des réactions ultra enthousiastes de nanas ayant totalement adopté la Moon Cup et sans la moindre difficulté! Je m’explique:
    J’ai entendu parlé de la MC il y a plusieurs années par mes belles-soeurs mais je les connaissais encore trop mal pour oser leur demander des précisions, et ne me faisant qu’une idée très très vague de l’objet et de son intérêt, je suis restée indifférente. D’autant qu’utiliser quelques tampons accompagnés de protège-slips pendant ma maigre « hémorragie de privation » mensuelle ne me posait aucun problème physiologique, uniquement un « petit » (oui, j’avoue) problème de conscience écologique…
    C’est quand je me suis retrouvée face à mes deux meilleures copines me vantant de façon dithyrambique la Moon Cup, découverte par elles environ un an plus tôt, que j’ai décidé de m’y mettre, dès le retour de mes règles (je venais d’avoir mon premier enfant).
    Et là… eh bien je ne désespère pas d’y arriver un jour, je n’ai pas dit mon dernier mot, mais je trouve ça vraiment galère! Je me fais mal en la mettant et en la retirant, je flippe de ne pas réussir à bien la positionner et la ventouser, et d’ailleurs je n’y arrive pas puisque je me suis retrouvée à avoir des problèmes de fuites à mon boulot, je vous dis pas comme j’étais excédée. J’ai insisté, relisant chaque mois le mode d’emploi, respirant profondément, attendant d’être absolument zen pour tenter de l’insérer correctement, ça a fini par vraiment me gonfler et me foutre du sang plein la main à chaque manip, je suis pas fan (pas une goutte quand j’utilisais des tampons, oui avec applicateurs, je vous entends siffler et huer mais je termine vaille que vaille mon témoignage). Je ne suis pas du genre à me dégoûter facilement, non je ne trouve pas que le sang soit sale, mais si on va par là, aucun des fluides corporels ne l’est et pourtant, on ne se crache ni ne se mouche dans ses doigts, n’est-ce pas? Bon, j’attends mon deuxième enfant, le chantier Moon Cup est donc en stand by, et j’espère que j’arriverai un jour à trouver que c’est génial, révolutionnaire et teeeeeellement confortable… mais il y a encore du boulot!
    Effectivement, tant de femmes en sont enchantées que c’est vraiment dommage qu’il soit difficile de s’en procurer. En même temps, le mot se passe à toute vitesse, les points de vente se multiplient et c’est un joli pied de nez à ces lobbies, publicitaires et médias qui sont par trop habitués à nous dicter notre conduite : quoi acheter, quoi penser et comment se sentir…
    Quant à l' »hémorragie de privation », j’apprends par ce blog son nom et les raisons de son « invention » alors qu’elle aurait pu nous être épargnée, et j’en suis scandalisée puisque c’est à elle, ou plutôt à ces changements brutaux de taux hormonaux que je dois mes plus redoutables migraines. Je les croyais inévitables, dûes aux règles que je croyais avoir, indépendamment de ma pilule, jusqu’à ce que l’anesthésiste de la maternité m’apprenne que c’était cette dernière, la coupable… Je n’ai pas repris la pilule entre mes deux grossesses et je ne sais pas pour quelle contraception j’opterai ensuite…
    J’ai eu envie de témoigner en vous lisant, afin d’enrichir la discussion d’un avis un peu plus mitigé d’utilisatrice peut-être pas bien douée (on fait ce qu’on peut). Je souhaite longue vie à la Moon Cup et à ce blog, bonne continuation à toutes et tous!

  34. Allez zou, c’est parti pour la cup. Convaincue pat tous les commentaires, j’ai commandé une fleurcup (fabrication française siou-plait) par internet il y a quelques instants. Je suis plutôt confiante car on m’en avait déjà parlé il y a quelques mois (il parait, entre autres, que ça permet de diminuer le nombre de mycoses).
    MAC, je trouve tes textes vraiment très très drôles! A quand un livre?!

  35. Et un petit témoignage tardif et un!!!!!
    Je découvre votre site grâce à une amie, et je tombe sur votre article sur la moon cup. Et là, je ne peux que témoigner très favorablement en sa faveur puisque je l’utilise depuis bientôt 2 ans maintenant. C’est tout simplement génial!!!
    Je fais par contre partie des femmes qui perdent beaucoup les deux premiers jours, et je dois donc la vider au moins 4 fois. Mais c’est tellement simple, une fois le coup pris pour la mise en place et le retrait. Et si je ne suis pas chez moi, une petite bouteille d’eau dans le sac, et le tour est joué dans n’importe quelle toilettes, en faisant juste un peu plus attention pour ne pas la lâcher! Je vous rassure, pas besoin de hautes études pour comprendre. Un ou deux essais et c’est tout bon. Et je confirme aussi que la moon cup permet de définir un autre rapport aux règles, plus naturel.
    Donc, que du bon.

  36. Je teste aussi, vous m’avez convaincue!
    Je n’avais jamais entendu parler d’une autre solution que ces fichus tampons ou serviettes qui me créent des allergies, des frottements et autre…
    Et puis là, je viens de voir sur leur site qu’ils en vendent à à peine 20 minutes à pied de chez moi!
    J’y cours… et j’espère … j’aimerai!

  37. Eh ben! g appris des choses… je croyais que la moon cup c’était le remake de la coupe de l’America la nuit! Je voyais des tas de voiliers superbes illuminés. Mais non, il n’y a pas de vent la nuit en général!
    Moi ça me rajeunit ces histoires! Ma dernière amie avait passé l’âge et c’est bien pratique sur le plan naturel. J’apprend que la ménopause serait 55 ans! remarquez, je viens juste de recommencer ma puberté mais sans les boutons. La contraception quelle galère! Alors la moon cup c’est quoi? (je peux aller demander à ma pharmacienne mais en province, il faut se méfier, la perversité rôde!)
    Ah oui, le sang! On en met partout dans les films, même pour les enfants ou ados! Mais alors question hygiène et obscurantisme ça décoiffe la France. Au fait j’y pense… un jour une amie m’appelle et me dit « j’ai un gros ventre ». Elle avait la cinquantaine… je me dis chic je vais être papa! Eh ben non!
    Bon je retourne à mes études et écrits philosophiques! Bonne année!

  38. Chère amie chômeuse, je te rends visite pour la première fois, après la lecture du dernier billet de mon SuperAmi SuperNo, également blogueur associé de Marianne2.
    Eh bien figure-toi que l’ami-lecteur-chômeur-de-sexe-mâle que je suis, non seulement ne s’enfuira pas en prenant ses jambes à son cou à la lecture de ce billet sur vos gadgets intimes, mais qu’il a en plus pour sa part – et je n’en suis pas peu fier, je dois bien le reconnaître – converti plusieurs demoiselles de ses amies (dont ma mie à moi) à la coupe menstruelle, après la lecture que j’en avais faite sur le site decroissance.info, au rayon santé du forum (http://forum.decroissance.info/viewforum.php?f=46 ; utilisez ensuite le moteur de recherche du forum).
    Voilà, c’est tout, fallait juste que la ramène et que je frime. Et puis que je rende justice à mon engeance : non, nous les mâles ne sommes pas tous des machos écœurés par la biologie de la vôtre, d’engeance. Paraîtrait même qu’y en a qui vous aiment… mais je ne m’avancerai pas.
    Sinon, mais c’est honteusement hors sujet -je ne suis qu’un horrible troll velu-, je partage, chère amie chômeuse, sur bien des points ta vision du chômage ; je vous offre, à toi et tes lecteurs/-trices cette phrase à méditer :
    « Je n’aime pas particulièrement le mot « travail ». Les êtres humains sont les seuls animaux qui ont à travailler, je pense que c’est la chose la plus ridicule au monde. Les autres animaux gagnent leur vie en vivant, mais les gens travaillent comme des fous, pensant qu’ils doivent le faire pour rester en vie. (…) Il serait bon d’abandonner cette manière de penser et de mener une vie facile et confortable avec beaucoup de temps libre. (…) Une vie [simple] serait possible aux humains si l’on travaillait pour produire directement le nécessaire quotidien. Dans une telle vie, travailler n’est pas travailler au sens habituel du mot, mais simplement faire ce qui doit être fait. »
    Masanobu Fukuoka, La Révolution d’un seul brin de paille
    Mais alors, c’est vraiment complètement hors sujet ici, mais alors com-plè-te-ment !
    Hop ! je fuis.

  39. à Vince,
    C’est vrai quoi… la coupe déborde! mais moi non plus j’ai rien contre la biologie… travail…beaucoup à dire. Saint Ex n’aimait pas le travail non créateur. chaque choc est chic, et chèque est mat. Il existerait selon Freud des rapports intimes entre productivité et sexualité, eros et thanatos. Mais j’y pense, qu’en pensent nos douces compagnes qui s’expriment rarement là-dessus? L’amour n’est -il pas un travail comme le disait…R.M Rilke?

  40. Nana je suis ds ton cas, après 2 ans d’essais inlassables et convaincus. J’ai fini par laisser tomber. Pourquoi? Reprise du boulot il y a 6 mois, très gros flux (eh oui, avec le stérilet au cuivre…), et malgré une bonne maîtrise de l’engin, un engin adapté, en taille, une bonne tonicité de mes organes et tout, eh bien, les fuites au boulot, c’est plus possible, j’en ai ras la casquette. Je la sens très bien déborder, d’un seul coup, à un moment le sang atteint le niveau maximal, et vlan ça fuite, d’un coup d’un seul, je sens le truc arriver à la seconde, je cours aux toilettes (enfin je pouvais le faire tant que je ne travaillais pas, maintenant c’est difficile, j’ai un métier où j’enchaine les rdv), et c’est déjà trop tard, j’ai déjà repeint le fond de ma culotte. Super. Et ça toutes les 2h pendant les 3 jours où ça coule beaucoup. C’est trop, ça a eu raison de ma bonne volonté mais là trop c’est trop, j’ai remis des tampons ce mois-ci, et je peux te dire que j’ai ressenti un vrai luxe, une vraie tranquillité d’esprit, de ne plus être obligée de flipper entre 2 rdv…

  41. Merci mon amie chômeuse (même si maintenant, tu as provisoirement un emploi) pour cet article : la mooncup est super, quand j’ai découvert cette merveille, j’en ai tout de suite fait l’acquisition, tellement j’étais emballée.
    Bon en fait il ne me servait à rien, vu que mon stérilet aux hormones bloquait tout écoulement menstruel, sanguin ou canard lave-vitre.
    Heureusement, comme je suis nonne depuis 3 ans, j’ai fini par renoncer à la contraception étant donné le peu de risque de fécondation inhérent à la seule pratique de l’onanisme, et désormais j’ai enfin la joie de remplir ma coupe tous les mois.
    Tchin-tchin,
    et à votre santé !

  42. Bonjour,
    Je suis tombé ici par hasard, ma recherche portant sur la façon de se « protéger » en pleine nature (« avoir ses règles en pleine nature » ai-je googuelé avant de tomber sur ton blog amie chômeuse !
    Je viens donc vous le demander à vous, femmes d’expériences et sans tabous, comment feriez vous sur une île ?
    Parce que ma nenette elle a tout sur son île (déserte l’île), un puit, a manger, un abri, une vrai crusoénne, mais le hic c’est comment va t’elle faire pendant sa période de règle ?
    Je pense a un système à la moon cup avec des feuilles séchées et durcis, préparées à l’avance bien entendu.
    Après je ne suis pas vraiment certain de mon coup, et cela doit-être crédible et réalisable (et non elle ne va pas laisser le sang couler sur ses cuisses toute la journée la tite dame, ce ne serai pas très glamour, sur son île il y aussi son mec, tant qu’a faire.
    Merci d’avance de votre aide, si elle viens 😉
    Tout ceci est sérieux, peut-être me lirez vous un jour… le bouquin est encore long…

  43. Quel plaisir de voir un sujet sur la mooncup dont je suis personnellement une adepte depuis plus de 2 ans!
    Je tenais également à dire que je suis ravie de découvrir ce site, ayant été au chômage pendant plus d’un an en 2009-2010, j’en avais à l’époque profité pour monter un projet par moi même (reportages vidéos, site internet et guide papier) qui portait sur les éco-modes de vie en France.
    Mon chômage avait d’ailleurs été plus ou moins bien perçu par mes proches, bon à la fin j’ai du re-travailler vu qu’un loyer ne se paye pas tout seul( du coup j’avais remonté dans l’estime de certains alors que je faisait un boulot inintéressant mais passons…).
    Mais voilà je voulais juste partagr ma joie de trouver d’autres personnes capables de voir le chômage d’une façon positive, de ne pas culpabiliser et d’avoir envie d’en faire quelquechose de constructif!
    Bonne continuation à toi mon amie chômeuse( enfin mi-chômeuse on dirait…), vu que je suis de nouveau au chômage je vais bien en profiter pour visiter ce site plus amplement!!

Laisser un commentaire

Répondre à Esmeralda Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *