#Test- La piscine. Municipale.

Requête involontaire de Laurence

Bientôt un an que ton amie chômeuse a formé ses vœux d’ascèse. Bilan : c’est la honte.

Pourtant, j’y ai cru, au Pilates. Je me suis inscrite, j’en étais même à sympathiser avec la prof, je rentrais en métro avec une camarade-chômeuse avec qui j’échangeais des tuyaux beauté et forme, j’y étais presque. Mais non. Aucune constance, c’est désespérant. La seule activité physique que j’ai maintenu, c’est celle qui consiste à monter les 6 étages qui mènent jusqu’à chez moi (et encore, parfois je reste perchée des jours entiers pour ne pas les endurer, surtout quand il pleut).

Je sais bien que je n’ai pas atteint mes objectifs. Mais je ne comprends pas comment font les autres (ça, et les couples qui ne s’engueulent jamais et à qui je prédis une fin funeste). Comment ceux qui travaillent ont-ils le temps de se soumettre à leurs séances que « sinon j’me sens mal, c’est comme une drogue, mon corps me le réclame tu vois » ? Comment ceux qui ne travaillent pas arrivent-ils à se payer les cours de Pilates, qui même en tarif amis chômeurs reviennent plus cher que la psy ?
Et surtout, où vont-ils chercher leur motivation ? Sont-ils de la même espèce que ceux qui mangent deux Granolas (ton amie chômeuse n’a jamais ouvert un paquet de Granola sans le finir) ? Je m’interroge.

Quand soudain, j’ai déjeuné avec Laurence. Laurence, c’est une collègue du temps de mon ancienne vie, une fille sympa, au demeurant. N’étant pas une gonzesse pour rien, il m’a fallu moins d’une seconde pour évaluer la perte de poids de Laurence à six kilos, et sa tonicité musculaire à +75%. Je ne l’avais pas vue depuis six mois, et je n’ai pas pu m’en empêcher, mes premiers mots ont été dignes d’une pub des années 80 mal traduite : « Mais t’es trop bonne ! Comment tu fais ? ». Et elle de me répondre : « Tu sais j’ai du temps maintenant que je suis indépendante, j’en profite pour faire un peu d’exercice. » Vas-y, vole-moi tout le concept de Mon amie chômeuse, je t’en prie.

Après avoir accusé le froid, la pluie, la crise économique et la pultacée, j’ai engagé une grande négociation avec moi-même. Mon activité sportive à moi doit être économique, non contraignante en termes d’horaires, facile d’accès, efficace sans être épuisante (sous peine de démotivation immédiate), n’avoir aucun rapport avec la course à pied (voir ici). Et faire de moi une Laurence d’ici à notre prochain déjeuner. Après délibération, le jugement est tombé : ça n’existe pas.

Et pourtant, il reste bien une solution… Je passe devant tous les jours. Elle est le royaume des mycoses tapies dans l’ombre et des contacts inconvenants, des moule-bites et des gens qui crachent, des enfants qui pissent et des pervers de tous âges : la piscine.

N’écoutant que sa bravoure, ton amie chômeuse a balayé les souvenirs que l’odeur de chlore a fait remonter (mon camarade Olivier que j’avais pris pour le système de ventilation avant qu’il m’apprenne qu’il avait « des gaz », mes faux seins en mousse imbibés d’eau, cet enfoiré de Pierre qui les a fait remarquer à tout le monde, etc.), et s’est jetée à l’eau, comme qui dirait.

Ami lecteur, j’en suis à ma 3ème séance de piscine (si). Si je tiens jusqu’en juin, je fais péter le champagne.


Lien et infos utiles :
Liste des piscines parisiennes

Rejoindre la conversation

12 commentaires

  1. Morte de rire !!! Je vais a la piscine regulierement des fois tous les jours, des fois que trois fois par semaines pour nager un km a chaque fois parce que mon corps le reclame, si, si c’est vrai. Ca fait des plombes que j’ai commence et je ne peux plus m’en passer. Pourtant je traine toujours des pieds AVANT d’y aller en trouvant mille trucs a regler en derniere urgence. Et en fait, c’est juste APRES que c’est bien parce que je marche au ralenti, en souriant beatement (voir amoureusement ???) a tout ceux que je croise. C’est mieux qu’une pilule space in the moon, en fait.
    May the force be with you, young padawan !

    1. TOUS LES JOURS ?!!!! Isabelle, tu es mon maître.
      JaySee : t’inquiète, j’ai quand même de la marge curieusement.

  2. J’suis fan de ces billets, ptêt parce-que j’y lis la plupart de mes pensées… « Feignasse d’Or » nominée et Winneuse depuis plusieurs années.. Même au chômage, « temps idéal pour faire toutes ces activités qui nous sont inaccessibles quand on est esclaves donc », et pourtant, d’échecs sportifs en échecs sportifs j’erre!
    Pour le coup, je te souhaite tout le bonheur du monde à barboter dans cette grande baignoire, protégé des pervers par un morceau très saillant de caoutchouc sur la tête, et un won-der-ful maillot de bain « spécial piscine » pour enfin devenir une superbe naïade svelte et tonique!
    C’est en tant que compagnon de fortune que je me permets ce mot car moi aussi, j’en suis à ma troisième séance!
    Vivement juin!
    COU-RA-GE 😉

  3. Merci Venessa pour ces encouragements, dès que je ressemble à une naïade svelte et tonique, je fais péter les photos. 🙂

  4. C’est mon combat depuis la fin du lycée et des cours de sport obligatoire. Trouver le truc qui me donnera envie de faire du sport malgré mon statut de grosse feignasse !
    À Paris, après l’échec : danse orientale, jouer au badminton dans les parcs avec une copine qui te plante 9 fois sur 10, la piscine, les cours de Gym suédoise et j’en passe….
    MAIS à Montréal, le HULA HOOP m’a sauvé !!!!!!
    Cours de hula hoop toutes les semaines avec envie d’y aller et je me suis même surprise à penser la phrase inimaginable (Je ne pourrais plus m’en passer, c’est comme une drogue…) Moi, Letu, penser ça !
    À quand les cours de Hula hoop à Paris que tu pourrais tester mon amie chômeuse….
    http://www.hooping.org/

    1. @Letu : oui, mais toi tu es quelqu’un de jovial, qui aime jouer avec des choses simples et qui aime fabriquer des trucs avec tes mains (je suis sûre que tu fabriques tes propres cerceaux). Moi, comment dire… Tu m’imagines déguisée en paillettes avec un hula hoop, sérieux ? Toi t’es un peu Jean-Pierre Jeunet, moi je serais plus Jean-Pierre Bacri. Non ?

  5. je peux essayer de venir avec toi de temps en temps, et a la sortie on se fera un the et 2 granolas. alors ?
    PS : meuf, tu peux pas dire non a une fille qui s est volontairement coincee dans la jungle pendant un mois pour faire 4 heures de yoga et 5 heures de cours par jour.

  6. Sympa et toujours marrant ! Merci de nous faire partager tes expériences, tes vidéos aussi sont géniales, originales, Bravo !
    Ton défit à la piscine m’a fait beaucoup rire, je vais nager régulièrement nager, une fois à deux, trois fois pas semaine (dont une en club le reste seule), mais j’avoue que depuis les grands froids, surtout depuis une semaine j’ai une petite baisse de motivation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *